La France rapatrie 15 femmes et 32 ​​enfants des camps jihadistes syriens

Publié le:

La France a rapatrié 15 femmes et 32 ​​enfants détenus dans des camps de prisonniers djihadistes dans le nord-est de la Syrie, a annoncé mardi le ministère français des Affaires étrangères.

« Les mineurs ont été remis aux services appropriés de bébé d’assistance et fera l’objet d’un suivi médical et social », a indiqué le ministère dans un communiqué.

Il a ajouté que « les majeurs ont été remis aux instances compétentes judiciaire autorité ».

Au cours de la dernière décennie, des milliers d’extrémistes en Europe se sont rendus Syrie devenir des combattants avec le Groupe État islamique (EI)emmenant souvent leurs familles vivre dans le «califat» autoproclamé qu’il a établi dans un territoire saisi en Irak et en Syrie.

Depuis la chute du « califat » en 2019, le retour des membres de la famille des combattants capturés ou tués est une question épineuse pour les pays européens.

Le rapatriement annoncé mardi – qui a été engagé sous la pression des organisations humanitaires – est le troisième rapatriement d’envergure en France.

Le précédent remonte à octobre dernier, lorsque Paris a rapatrié 15 femmes et 40 enfants, et en juillet, lorsque 16 mères et 35 mineurs ont été rapatriés.

Les femmes et les enfants rapatriés mardi se trouvaient à Camp Roj, dans le nord-est de la Syrie administrée par les Kurdes, situé à environ 15 kilomètres (9 miles) des frontières irakienne et turque.

Les autorités françaises ont remercié « l’administration locale du nord-est de la Syrie pour sa coopération, qui a rendu possible cette opération ».

L’opération de mardi intervient peu de temps après que le Comité des Nations unies contre la torture a condamné la France pour ne pas avoir rapatrié les ressortissants français des camps de prisonniers du nord-est de la Syrie.

READ  La Belgique supprime les restrictions sur le nombre de clients dans les magasins

(AFP)

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here