Le fils du président élu américain Joe Biden, Hunter, a annoncé mercredi 9 décembre avoir appris la veille qu’il faisait l’objet d’une enquête fédérale dans l’État du Delaware sur sa situation fiscale. L’enquête sur les relations d’affaires de Hunter Biden a été suspendue en raison des directives du ministère de la Justice interdisant les actions pouvant affecter une élection. Maintenant que les élections sont terminées, l’enquête entre dans une nouvelle phase.

“Je prends cela très au sérieux, mais je suis convaincu qu’un examen professionnel et objectif montrera que j’ai géré mes affaires légalement et équitablement, même avec l’aide de conseillers fiscaux professionnels.”, a-t-il commenté dans une déclaration.

“Le président élu Biden est extrêmement fier de son fils, qui, ces derniers mois, a été confronté à de terribles défis, y compris des attaques personnelles viles, pour finalement en sortir renforcé.”L’équipe de transition de Joe Biden a déclaré dans le même communiqué.

Seconde CNN, les enquêteurs se sont penchés sur plusieurs questions financières, notamment si Hunter Biden et ses associés ont violé les lois fiscales et le blanchiment d’argent en faisant des affaires dans des pays étrangers, principalement en Chine, selon deux personnes informées de l’enquête.

Article réservé à nos membres Lire aussi Présidentielle américaine, J – 19: Joe Biden a de nouveau attaqué son fils

“Cas ukrainien”

Le président sortant Donald Trump a appelé la famille Biden pendant la campagne présidentielle“Entreprise criminelle”, pointant notamment sur les activités de Hunter Biden en Ukraine et en Chine lorsque son père était vice-président de Barack Obama (2009-2017). Il accuse spécifiquement Joe Biden d’avoir obtenu la révocation d’un procureur ukrainien pour se protéger des accusations de corruption contre une société gazière, Burisma, dont son fils siégeait alors au conseil d’administration.

READ  Ordonné de trouver «11 780 voix», le secrétaire d'État géorgien s'oppose à Donald Trump

Ce “Cas ukrainien” a remporté la procédure de destitution historique de Donald Trump après avoir été accusé par l’opposition démocratique d’avoir abusé de sa fonction présidentielle en faisant pression sur l’Ukraine pour qu’elle enquête sur son rival politique et les activités commerciales de son fils.

Le milliardaire républicain, finalement acquitté dans le procès de destitution, est revenu sur l’acte d’accusation après la publication en octobre d’un article sur la New York Post il devrait contenir des preuves de l’intervention de Joe Biden au nom de son fils. Le tabloïd conservateur a déclaré avoir obtenu une copie d’un disque dur d’ordinateur portable que Hunter Biden aurait laissé dans un atelier de réparation du Delaware et ne l’avait jamais récupéré. Le propriétaire du magasin aurait remis l’ordinateur au FBI après avoir copié son contenu.

Lire aussi Élections américaines: Twitter et Facebook restreignent la diffusion de l’article du “New York Post” sur la famille Biden

Dans l’un des e-mails récupérés, daté de 2015, un membre de la direction de l’entreprise Burisma remercie Hunter Biden pour son “Invitation à Washington” est “Cette occasion de rencontrer (son) père”, puis vice-président.

Donald Trump à, lors du dernier débat entre les deux hommes avant l’élection présidentielle du 3 novembre, il a attaqué de front son opposant démocrate sur le sujet, l’accusant d’en avoir donné à son fils l’accès en espèces. “Je n’ai jamais pris un centime d’aucune source étrangère de toute ma vie”, a ensuite défendu Joe Biden, qui a généralement prêté quelques affaires ces derniers mois à un “Campagne de diffamation”, À son avis.

READ  nouvelle flambée aux États-Unis, le monde se prépare à vacciner

À 50 ans, Hunter Biden a longtemps lutté contre la dépendance à l’alcool et aux drogues. Avocat et lobbyiste, il s’est lancé dans la finance dans les années 2000 avec des fortunes mitigées et s’est aventuré en Chine et en Ukraine, pays en proie à la corruption.

Article réservé à nos membres Lire aussi Présidentielle américaine: Joe Biden résiste à un combatif Donald Trump lors du dernier débat

Le monde avec l’AFP