Les bénéfices du premier trimestre de Saudi Aramco augmentent de 30% grâce à la reprise du marché pétrolier

Le géant de l’énergie Saudi Aramco a affiché mardi une augmentation de 30% des bénéfices du premier trimestre, dépassant les prévisions en signe de reprise après le crash du marché pétrolier de l’année dernière, alimenté par la pandémie de coronavirus.

Aramco a déclaré que son bénéfice net était passé à 21,7 milliards de dollars au cours des trois premiers mois de l’année, contre 16,7 milliards de dollars au même trimestre de 2020, en raison d’un marché pétrolier et de marges de raffinage plus solides et de produits chimiques plus élevés.

Les résultats exceptionnels font suite aux bénéfices solides du mois dernier des grandes sociétés pétrolières – des géants américains ExxonMobil et Chevron au britannique BP et au français Total – alors que la reprise des prix du pétrole brut a alimenté leur rebond de la pandémie.

“L’élan fourni par la reprise économique mondiale a renforcé les marchés de l’énergie”, a déclaré le directeur général d’Aramco, Amin Nasser, dans un communiqué.

“Compte tenu des signes positifs de la demande d’énergie en 2021, il y a plus de raisons d’être optimiste quant à l’approche de jours meilleurs. Et même si certains vents contraires persistent, nous sommes bien positionnés … alors que les économies commencent à se redresser.”

Les prix du pétrole ont chuté au milieu du premier trimestre de l’année dernière alors que la pandémie a mis fin à une grande partie de l’économie mondiale, augmentant la pression sur les États pétroliers, y compris l’Arabie saoudite, le patron de l’OPEP.

Les solides bénéfices apportent un soulagement à Aramco, la vache à lait de l’Arabie saoudite, qui a révélé des baisses consécutives de ses bénéfices depuis qu’elle a commencé à divulguer ses bénéfices en 2019.

READ  Réforme APL, carte d'identité des vélos neufs, douches à l'italienne ... tout change en janvier 2021

Les faibles bénéfices de la société l’année dernière ont accru la pression sur les finances publiques alors que Riyad fait face à un déficit budgétaire croissant et poursuit des projets de plusieurs milliards de dollars pour diversifier son économie dépendante du pétrole.

Les bénéfices du premier trimestre ont dépassé les prévisions d’environ 20 milliards de dollars de RBC Marchés des capitaux, qui ont déclaré que les résultats soulignaient «l’effet de levier d’Aramco pour la hausse des prix des produits de base».

– ‘Joyau de la couronne’ –

Aramco a déclaré un dividende de 18,8 milliards de dollars pour le premier trimestre. Cela est conforme au plan de la société de verser un dividende annuel de 75 milliards de dollars, une source de revenus clé pour le gouvernement, le plus grand actionnaire d’Aramco.

L’Arabie saoudite cherche actuellement à monétiser ses ressources énergétiques alors qu’elle explore de nouvelles sources de revenus pour financer son ambitieuse stratégie de diversification.

Le mois dernier, Aramco a déclaré avoir conclu un accord de 12,4 milliards de dollars pour vendre une participation minoritaire dans une entreprise de pipeline nouvellement créée à un consortium dirigé par EIG Global Energy Partners, basé aux États-Unis.

Longtemps considéré comme le “joyau de la couronne” du royaume, Aramco et ses ressources étaient autrefois étroitement contrôlés par le gouvernement et considérés comme interdits aux investissements extérieurs.

Ma con l’ascesa del principe ereditario Mohammed bin Salman, il sovrano de facto dell’Arabia Saudita, che sta accelerando gli sforzi per attuare il suo programma di riforma “Vision 2030”, il regno si è mostrato pronto a cedere un po ‘di Control.

READ  Le président élu américain Biden nomme Gary Gensler, professeur de blockchain du MIT, président de la SEC

Fin avril, le prince Mohammed a déclaré que l’Arabie saoudite, premier exportateur mondial de pétrole brut, était en pourparlers pour vendre 1% d’Aramco à une société énergétique étrangère anonyme.

Aramco avait précédemment vendu une partie de ses actions à la bourse saoudienne en décembre 2019, générant 29,4 milliards de dollars lors du plus grand appel public à l’épargne au monde.

Le géant de l’énergie pourrait annoncer une autre offre d’actions aux investisseurs internationaux d’ici un an ou deux, a déclaré le prince.

Dans une nouvelle poussée de diversification majeure en mars, l’Arabie saoudite a annoncé son intention d’injecter 3,2 billions de dollars d’investissements dans l’économie nationale d’ici 2030, impliquant les plus grandes entreprises du royaume, dont Aramco.

Dans le cadre d’un programme appelé «Shareek», ou partenaires, Aramco et d’autres grandes entreprises saoudiennes dirigeront la poussée des investissements en contribuant cinq mille milliards de riyals (1,3 billion de dollars) au cours de la prochaine décennie, a déclaré le prince Mohammed.

S’abonner à Bulletin de la menthe

* Veuillez saisir une adresse e-mail valide

* Merci de vous être inscrit à notre newsletter.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here