Les radiodiffuseurs publics français frappés par des grèves par crainte de coupes budgétaires – Date limite

Le personnel des diffuseurs français France Télévisions, Radio France et France Média Monde devait se mettre en grève aujourd’hui pour protester contre le projet du gouvernement de supprimer progressivement la licence de télévision qui finance traditionnellement leurs services.

Dès le petit matin, la chaîne d’information câblée 24 heures sur 24 France Info a réorienté les services avec un scan indiquant que la chaîne avait été interrompue par un mouvement, tandis que son équivalent radio diffusait de la musique plutôt qu’un flux continu d’informations. . La principale chaîne généraliste gratuite France 2 rediffusait des extraits de son émission matinale Télématin.

Des milliers d’opérateurs de télévision et de radio devaient participer à une manifestation devant le bâtiment du parlement de l’Assemblée nationale dans le centre de Paris plus tard dans la journée.

La redevance télévision, actuellement à 138 euros (146 $) par foyer et par an, permet de financer les diffuseurs publics et les radios, mais le gouvernement veut la remplacer par un budget qui couvrirait plusieurs années.

Le président Emmanuel Macron a annoncé la mesure lors de sa campagne électorale en mars, au grand dam du secteur audiovisuel du pays.

Les autorités ont déclaré que la suppression de la participation n’entraînerait pas une réduction du financement, mais les syndicats – dont la CGT, la CFDT, FO, le SNJ, le SUD, l’Unsa, la CGC et la CFTC – affirment que la décision laissera 3,7 milliards d’euros (3,9 milliards de dollars) . ) trou de financement.

Le gouvernement prévoit d’adopter la mesure dans le cadre d’un prochain projet de loi visant à lutter contre la crise du coût de la vie, qui devrait être soumis à un vote parlementaire le 6 juillet. Si le projet de loi ne passe pas, les frais resteront en place pour le moment.

READ  De Tesla à Netflix : voici les entreprises qui devraient rejoindre le « club des 1 000 milliards de dollars » dans les 5 prochaines années

Outre les craintes sur l’avenir de la licence de télévision, les salariés des radiodiffuseurs publics s’inquiètent également des projets de fusion de France Télévisions, Radio France, France Médias Monde et l’INA à partir de 2025 en une seule entreprise publique dénommée France Médias.

Si la suppression progressive de la redevance est approuvée le 6 juillet, les syndicats craignent que ces plans de fusion ne s’accélèrent.

« L’audiovisuel public emploie non seulement des dizaines de milliers de personnes dans le secteur audiovisuel en France, mais commande également la plupart des films et programmes réalisés par des producteurs indépendants », a déclaré William Maunier, secrétaire général du syndicat français SNRT-CGT Audiovisuel, et président du secteur européen d’UNI Media, Entertainment & Arts.

« Mais ce n’est pas seulement une question de travail ou de financement, il s’agit de maintenir l’indépendance des médias français, il s’agit de la pluralité des programmations et de notre diversité culturelle. La radiodiffusion publique sert toutes les composantes de la société et c’est pour cela que nous nous battons », a-t-il ajouté.

UNI Média, qui représente 500 000 travailleurs des secteurs des médias, du divertissement et des arts à travers le monde, déclare que ce qui se passe en France fait partie d’une tendance plus large des gouvernements cherchant à définir ou à démanteler la radiodiffusion publique à travers l’Europe.

L’organisme a souligné les récentes tentatives du gouvernement flamand de réduire le financement du radiodiffuseur public de langue flamande VRT ; des mesures pour geler les droits de licence au Royaume-Uni, privatiser Channel 4 et supprimer la liberté éditoriale en Pologne, en Hongrie et en Slovénie.

READ  Les 12 meilleurs films d'horreur sur Netflix (mars 2022)

« Dans plusieurs pays, des pressions sont exercées pour réduire la radiodiffusion publique, qui est perçue comme une épine dans le pied des politiques gouvernementales. Nous voyons donc le danger que le financement soit utilisé pour réglementer ou limiter le rôle des radiodiffuseurs de service public », a déclaré Johannes Studinger, responsable d’UNI Media, Entertainment & Arts.

« Saper la radiodiffusion publique réduit l’espace civique pour tout le monde », a-t-il poursuivi. « La redevance donne aux radiodiffuseurs publics la liberté dont ils ont besoin pour remplir leur mission de soutien aux communautés et à la diversité culturelle, ainsi que pour fournir des services de qualité, fiables et impartiaux, ce qui est particulièrement important à une époque de nationalisme croissant et de fausses nouvelles. »

Uni Media est la division des médias et du divertissement d’Uni Global Union représentant plus de 20 millions de travailleurs dans différentes industries à travers le monde.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here