LES BOURSES D’ÉTUDES EUROPÉENNES TERMINENT EN HAUSSE

par Laetitia Volga

PARIS (Reuters) – Les marchés boursiers européens ont terminé vendredi faiblement mais sans réelle tendance, hésitant entre les chiffres meilleurs que prévu du rapport sur l’emploi américain et l’escalade des tensions entre les États-Unis et la Chine.

A Paris, le CAC 40 prend 0,09% à 4 889,52 points. Le Footsie britannique a gagné 0,09% et le Dax allemand de 0,66%, surperformant les autres indices grâce à Deutsche Telekom.

L’indice EuroStoxx 50 a progressé de 0,38%, le FTSEurofirst 300 de 0,27% et le Stoxx 600 de 0,29%.

Les places européennes, dans le rouge pour une large part, ont progressivement effacé leurs pertes après l’annonce par le ministère du Travail d’un ralentissement plus lent qu’attendu de la création d’emplois aux États-Unis le mois dernier.

Mais après des mois de tensions autour du coronavirus ou de Hong Kong, les relations entre Washington et Pékin se sont encore détériorées, freinant l’appétit des investisseurs pour les actifs les plus risqués, lorsque Donald Trump a publié jeudi deux décrets interdisant les entreprises américaines. toute transaction avec les groupes chinois ByteDance, propriétaire de l’application de vidéos TikTok, et Tencent, qui possède l’application de messagerie WeChat.

Le département américain du Trésor a également imposé des sanctions contre la directrice générale de Hong Kong, Carrie Lam, et huit fonctionnaires chinois et de Hong Kong.

VALEURS

Les secteurs cycliques comme la banque et l’énergie ont perdu respectivement 0,49% et 0,99%.

ArcelorMittal, en première ligne sur le front commercial, perd 2,72% derrière TechnipFMC (-3,01%), rétrogradé par HSBC au «keep».

READ  Macron défend "la liberté de jurer" en France

À la hausse, l’équipementier médical Hikma Pharmaceuticals a pris la tête du Stoxx 600 avec un bond de 10,94% après avoir relevé les prévisions de ventes annuelles de deux de ses principales divisions.

Deutsche Telekom gagne 2,66% à Francfort après que sa filiale américaine T-Mobile US (+ 7,48% à Wall Street) ait enregistré une augmentation plus forte que prévu du nombre d’abonnés au deuxième trimestre, pour devenir le numéro deux du secteur aux Etats-Unis aux dépens d’AT & T.

UNE RUE DE MUR

Au moment de la clôture européenne, les trois principaux indices de Wall Street ont un peu réduit les pertes subies lors de l’ouverture: le Dow Jones a perdu 0,34%, le Standard & Poor’s 500 a baissé de 0,20% et le Nasdaq de 0,2%.

En termes de valeurs, les groupes chinois cotés à New York sont à la traîne, comme le géant du commerce en ligne Alibaba (-4,60%) ou Tencent Music (-3,65%).

INDICATEURS D’AUJOURD’HUI

Le ministère du Travail a fait état de 1,763 million de créations d’emplois non agricoles le mois dernier après un record de 4,791 millions enregistré en juin.

Ce chiffre, qui marque un ralentissement important, dépasse cependant les attentes des économistes interrogés par Reuters qui tablaient sur une moyenne de 1,6 million d’emplois.

«Le rapport sur l’emploi a dépassé les attentes et a montré que le marché du travail continue de se remettre de la crise», a déclaré Sameer Samana, analyste principal chez Wells Fargo.

Mais Oliver Pursche de Bronson Meadows Capital Management reste sceptique: “C’est un faux positif, c’est trompeur. Les conditions sous-jacentes sont bien pires que ce que montrent ces chiffres. Cette statistique, certes plus élevée que le consensus, pourrait retarder encore l’adoption d’un plan de relance, les républicains pouvant faire valoir que les choses s’améliorent ».

READ  «Deux poids, deux mesures»… Rubirola et Vassal rejoignent Raoult contre le gouvernement

CHANGEMENTS / TARIFS

Après trois jours de baisse et un creux de deux ans atteint jeudi, le dollar a grimpé de 0,74% face à un panier de devises de référence. L’euro cède 0,81% autour de 1,1779 dollar.

Sur le marché obligataire, le rendement des bons du Trésor à 10 ans a pris deux points de base à 0,5526% et son équivalent allemand a terminé à -0,507%.

PÉTROLE

Les contrats à terme sur le brut reculent légèrement, pénalisés par les craintes autour de la demande.

Le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) se négocie à 41,35 $ le baril (-1,43%) et le Brent de la mer du Nord à 44,51 $ (-1,29%).

(Laetitia Volga, édité par Jean-Michel Bélot)