RSF porte plainte pour le rapport de la société française d’intelligence économique sur le journaliste bulgare

La plainte présentée à Paris le 3 octobre par les avocats William Bourdon et Vincent Brengarth pour le compte de RSF et Tchobanov, il a dénoncé la « collecte de données personnelles par des moyens frauduleux, déloyaux ou illicites ». Il affirme qu’un grand nombre d’informations personnelles sur Tchobanov, sa vie privée, ses ressources, son réseau de contacts journalistiques, ses activités et sa réputation ont été recueillies à son insu.

La plainte conclut qu’Avisa Partners semble avoir enfreint l’article 226-16 du code pénal français dans la manière dont elle a collecté et traité ces informations personnelles en l’absence de toute indication qu’elle s’est conformée aux formalités ou conditions préalables requises par la loi.

L’existence de la relation était révélé en août du site d’information français Médiapartyqui a déclaré : « Les équipes d’Avisa Partners ont analysé une partie de la vie du journaliste bulgare Atanas Tchobanov au printemps 2020 ». Médiaparty a déclaré que « cette opération, selon Avisa Partners, a été réalisée à la demande d’une agence de relations presse ‘non identifiée’ dans le but de découvrir qui était derrière les attaques dont le client avait fait l’objet. Cette agence’, a’ client ‘dont l’identité reste également inconnue.

Avisa Partners a déclaré à RSF que leur rapport n’était qu’un « rappel d’analyse interne […] sur la base d’informations publiques disponibles en ligne « et qu' »il n’a pas été diffusé en dehors d’Avisa ». La société a également déclaré que le rapport n’était qu’un « examen » effectué conformément à ses obligations de diligence raisonnable. Atanas Tchobanov.

READ  UPDATE 1-Le gouvernement néo-calédonien s'effondre en raison de l'indépendance, des émeutes du nickel

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here