«Un problème dans la matrice», sur la théorie de la simulation

Il y a quelques jours, alors qu’il présentait son film à distance Un pépin dans la matrice Au Festival du film de Sundance depuis chez lui, le réalisateur Rodney Ascher a fait remarquer, avec ce que je suis à peu près sûr un petit rire, qu ‘«un film de vie virtuelle, réalisé virtuellement, est maintenant en avant-première de la même manière». C’était, en effet, étrangement approprié: le film d’Ascher se concentre sur la conviction – fervente par certains – que notre monde n’est qu’une simulation informatique à la La matrice. Alliant éthique et esthétique, ses entretiens ont tous été réalisés par ordinateur, ses sujets se présentant généralement comme des avatars imaginatifs de style jeu vidéo. Hormis les séquences préexistantes et les clips d’actualité (qui sont nombreux), le film ne semble pas avoir de séquences «réelles». Lorsqu’une maison est présentée, il s’agit d’une visite virtuelle en 3D; quand on voit un étranger, c’est de Google Street View. On soupçonne qu’il n’y a jamais eu de visée physique des caméras, pas de disposition de grandes lumières maladroites, peut-être même pas quelqu’un qui a appelé “Action!” Et donc, finalement, pas de projection typique: pas de public physique du festival blotti dans des sièges, pas de grands écrans, pas de réalisateur en bottes de canard et polaire tenant maladroitement un micro, pas de gradation des lumières. Le film aurait pu être autant une illusion que (vraisemblablement) la vie elle-même.

Heureusement pour nous, la vie et le film sont réels, et Un pépin dans la matricemalgré toutes ses limites numériques, il est incroyablement vivant et expansif ainsi que convaincant. Il est rempli d’idées, d’histoires et de constructions – au milieu de son réseau encombré de théories potentiellement choquantes – vers le genre de conclusion émotionnelle que vous n’attendriez pas d’un film si imprégné de pensée abstraite. C’est aussi tout simplement effrayant: Ascher structure son voyage autour d’une séquence de conférence de 1977 de l’auteur visionnaire de science-fiction et légendaire paranoïaque Philip K.Dick, qui dit à un public de Metz, en France, que nous vivons dans une réalité programmée.à partir de l’ordinateur. , un parmi beaucoup. (“Si vous trouvez ce monde mauvais, vous devriez en voir d’autres,” l’interrompt Dick.) Boutonné et tendu, ses yeux clignotent parfois alors qu’il lit un texte préparé, l’auteur a l’aura d’un voyant et Un homme fou. Ce qu’il dit est peut-être fou, mais le sérieux de son faisceau laser est convaincant; comme avec un chef de secte, vous avez peur de douter de lui.

READ  Le dernier projecteur laser 4K de LG prend en charge AirPlay 2 pour 2999 $

Moins intimidant est le petit entretien qu’Ascher mène avec diverses personnes discutant de leurs propres parcours vers la théorie de la simulation. Paul Gude, vêtu numériquement d’une sorte de tenue Lion-O chatoyante et ornée de bijoux, raconte comment, alors qu’il grandissait dans une ville peu peuplée de l’Illinois, il en est venu à voir les gens autour de lui comme des faux et les bâtiments comme des films occidentaux vides. façades stylisées. Plus tard, il décrit comment il a été paniqué pendant les services religieux quand il s’est rendu compte que tous les humains qui chantaient autour de lui faisaient pratiquement des sons à travers les «volets de chair» dans leur corps. Son frère Læo Mystwood, son avatar une sorte de robo-Anubis avec un arc rose, explique qu’il a cartographié les événements de sa vie et a découvert que tout se passe selon un schéma: les choses qui ont à voir avec son travail se produisent dans certains les jours, les choses qui ont à voir avec la famille les autres jours, etc. Il se souvient plus tard comment son expérience dans un réservoir de privation sensorielle lui a fait réaliser que son corps est une illusion. Alex LeVine, dans un costume de chaman néon avec ce qui semble être un cerveau flottant dans son masque, décrit un incident révélateur à Cuernavaca, au Mexique, lorsqu’il est sorti facilement après une promenade en moto ivre et face à face avec des flics locaux. Corrompu et est devenu convaincu que le monde l’observait.

Les sujets d’interview d’Ascher (qui incluent des artistes, des scientifiques et des chercheurs) sont hyper intelligents, articulés et amusants, même s’il est tentant de rester assis là et de percer des trous dans leurs soi-disant répétitions. (Oui, beaucoup d’enfants traversent une période où ils pensent que tout le monde autour d’eux est un imposteur ou un robot; c’est juste que le reste d’entre nous grandit. Oui, les humains sont des animaux faits de chair, mais nous utilisons nos corps de chair et nos visages de chair et de cervelle de chair et de bouches de chair pour penser, rêver et faire de belles choses parfois. Et oui, les gens qui ont la chance de survivre à d’horribles accidents de conduite avec facultés affaiblies et face à face avec la police peuvent y réfléchir et trouver Dieu ou quoi que ce soit , alors que ceux qui ne survivent pas ne sont malheureusement pas là pour s’offrir leur théories.) Mais la teneur du film n’est ni discutable ni ridicule. Les histoires de ces personnes ne sont pas si bizarres ou surréalistes; ils sont, en général, universels et facilement reconnaissables. Nous voyons et ressentons tous les mêmes choses, mais nous les traitons de différentes manières.

READ  MISE À JOUR 1-La séquence record de l'Europe continue de rouler alors que les investisseurs se réjouissent de solides gains

Certains, de manière horrible: dans la seconde moitié du film, Ascher inclut une interview de Joshua Cooke, un jeune homme de Virginie devenu tellement obsédé La matrice et la conviction que son monde était une simulation du fait qu’il avait tué ses parents immédiatement après avoir prononcé le dernier discours de Neo à partir de ce film sur le téléphone à la maison. (Cooke n’a pas d’avatar; il est en prison.) Comme le suggère un autre sujet d’interview, même si vous avez décidé que la réalité est une simulation, vous devez quand même la vivre et continuer votre journée. Tout le reste mènerait à la folie.

Ascher semble toujours trouver un moyen de sortir de ces denses labyrinthes cognitifs. Il a réalisé 2014 Salle 237, qui retrace une série de lectures parfois extrêmes du film de Stanley Kubrick Le brillant. Ce documentaire, bien qu’il se transforme de plus en plus profondément dans les théories du complot souvent tordues auxquelles se livrent ses sujets, parle finalement de quelque chose de beaucoup plus simple et de plus sincère: l’amour pour le cinéma et les façons (bonnes et mauvaises) dont on peut devenir totalement obsédé. une œuvre d’art. Le réalisateur trouve des gens qui pensent trop aux choses et trouve ensuite des moyens cinématographiques de trop penser avec eux, mais toujours avec un œil sur la situation dans son ensemble, toujours avec un œil sur pourquoi cela pourrait être important pour le reste d’entre nous. Et donc Un pépin dans la matrice il ne s’agit pas de savoir si nous vivons dans une simulation, mais des nombreuses raisons compréhensibles pour lesquelles quelqu’un pourrait le penser. En effet, cela finit par porter sur les mystères de l’expérience humaine. Le monde baise fou, mec. Certaines personnes répondent par la religion, d’autres en supposant que nous sommes contrôlés par un jeu vidéo géant d’une autre dimension. Quiconque prétend savoir avec certitude ment ou est fou. Tout ce que nous savons, c’est qu’au final, nous sommes encore un tas de bandes de chair, virtuelles ou non, et nous avons beaucoup à faire.

READ  Wine Press - Wine FAQ - Quel est le vin le plus populaire?

Voir tout

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here