Wout van Aert, Lotte Kopecky et Remco Evenepoel en tête de la sélection des championnats du monde sur route belges

« ], » filter  » : { » nextExceptions « : » img, blockquote, div « , » nextContainsExceptions « : » img, blockquote « }} »>

Ne manquez pas un instant de Paris-Roubaix et Unbound Gravel, au Giro d’Italia, Tour de France, Vuelta a España et tout le reste lorsque vous> « , » nom « : » in-content-cta « , » tapez « : « link »}} « > join Outside +.

La Belgique a annoncé une formidable équipe pour les championnats du monde sur route en Australie le mois prochain avec Wout van Aert, Lotte Kopecky et Remco Evenepoel comme têtes d’affiche.

La nation cherchera à améliorer ce qui s’est avéré l’an dernier être un championnat du monde mixte en Flandre qui s’est terminé par une controverse sur la performance de l’équipe dans la course sur route masculine.

Evenepoel courra à la fois en TT et en course sur route, tout comme Yves Lampaert. Kopecky et Julie Van De Velde affronteront le contre-la-montre féminin.

Dylan Teuns et Oliver Naesen ont complètement perdu la sélection, tandis que Jasper Philipsen et Greg Van Avermaet ont été nommés réservistes. Il n’y a pas de réserve pour l’équipe féminine.

Lire aussi :

Après un bon départ dans les contre-la-montre en 2021, l’équipe n’a réussi à monter sur le podium d’aucune des courses sur route. Van Aert et Evenepoel ont respectivement terminé deuxième et troisième du TT masculin élite, tandis que Florian Vermeersch a remporté le bronze pour les moins de 23 ans et Alec Segaert a terminé troisième du TT masculin junior.

La course sur route des hommes d’élite s’est terminée en disgrâce, de nombreux coureurs de l’équipe échangeant des ombres dans les médias belges à la suite de désaccords sur la tactique. Les coureurs vedettes Van Aert et Evenepoel étaient au centre de la polémique.

READ  Le Premier ministre malien s'en prend à la France, à l'ONU, au bloc régional

Evenepoel a été l’un des premiers instigateurs de la course, attaquant à environ 180 km de la fin et déclenchant ce qui allait s’avérer être une journée d’action fulgurante. Après une journée de course très agressive, Van Aert a eu le souffle coupé au moment crucial.

Evenepoel, qui avait déclaré avant la course qu’il courrait à 100% pour soutenir Van Aert, affirmerait plus tard que la course était une « occasion manquée » pour lui-même et que la direction de l’équipe n’aurait pas dû tout mettre en œuvre pour Van Aert. et Jasper Stuyven.

Van Aert a répondu aux commentaires d’Evenepoel, affirmant qu’Evenepoel en avait dit plus dans les médias que lors des réunions d’équipe. Il y a ajouté en critiquant la décision d’Evenepoel d’attaquer tôt.

Dissoudre les différences

Les deux devront mettre leurs différences derrière eux car ils auront probablement un leadership conjoint à Wollongong le mois prochain. Le parcours vallonné pourrait se terminer par un sprint ou une échappée, et le couple propose des options à l’équipe dans les deux cas.

Van Aert et Evenepoel auront eu des accumulations très différentes par rapport aux mondiaux, ce dernier étant actuellement en tête de la Vuelta a España. Pendant ce temps, Van Aert a fait face à une série de courses d’une journée alors qu’il tentait de se remettre en pleine forme après une courte pause après le Tour de France.

Stuyven a été classé premier pour l’équipe dans sa ville natale de Louvain l’année dernière, terminant juste à côté du podium à la quatrième place, et fera partie de la formation cette saison. L’équipe apporte un solide noyau de serviteurs avec Lampaert, Stan Dewulf, Quinten Hermans, Pieter Serry et Nathan Van Hooydonck complétant la formation.

READ  La Belgique a quelques explications à faire

La course sur route féminine ne s’est pas terminée avec le même battage médiatique, mais elle s’est terminée par une déception car Kopecky était l’équipe la mieux placée à la 16e place. Elle espère bien plus à Wollongong après une saison 2022 extraordinaire qui l’a vue remporter les Strade Bianche et le Tour des Flandres.

Kopecky a partagé son temps entre les rues et les planches après avoir remporté des médailles d’or en élimination et des courses aux points aux championnats d’Europe sur piste quelques semaines après avoir participé au Tour de France Femmes.

Elle sera rejointe par la star montante du sprint Julie De Wilde, qui fait ses débuts mondiaux en élite à seulement 19 ans. De Wilde a terminé deuxième derrière Megan Jastrab dans la course sur route junior en 2019 et pourrait être un prétendant au titre mondial U23, selon la façon dont la Belgique décidera d’y jouer.

Pour compléter la formation, Van De Velde, qui a récemment terminé sixième au classement général du Tour de Scandinavie, Valerie Demey, Justine Ghekiere et Jesse Vandenbulcke. Shari Bossuyt n’a pas été nommée dans l’équipe car elle se concentre sur les championnats du monde sur piste à Saint-Quentin-en-Yvelines, en France, qui débuteront le 12 octobre.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here