Le secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg, a rencontré le Premier ministre belge Alexander De Croo au bureau du Premier ministre à Bruxelles aujourd’hui (4 février) pour discuter des liens étroits entre l’Europe et l’Amérique du Nord et l’opportunité de renouveler et de relancer le lien transatlantique.

M. Stoltenberg a remercié la Belgique d’avoir accueilli l’OTAN. Il a également remercié l’armée belge pour son soutien aux efforts civils pendant la pandémie, notamment avec du matériel médical, le transport, les tests et l’aide à la vaccination. “Dans toute l’Alliance, l’armée a joué un rôle essentiel dans la réponse civile au COVID-19”, Il a dit. M. Stoltenberg a déclaré que cela démontrait une fois de plus l’importance d’investir dans la défense pour maintenir la force de nos armées.

Le Secrétaire général a également rappelé les contributions importantes de la Belgique à notre sécurité commune, notamment les contributions à la mission de police aérienne baltique de l’OTAN, aux groupements tactiques multinationaux dans la région de la mer Baltique et à la mission de formation en Afghanistan. Les deux dirigeants ont également discuté de l’initiative OTAN 2030 visant à rendre l’Alliance encore plus forte pour l’avenir et des préparatifs du Sommet des dirigeants de l’OTAN, qui devrait participer plus tard cette année à Bruxelles. Ils ont abordé la coopération de l’OTAN avec des partenaires tels que l’Union européenne. “Je suis fier qu’au cours des dernières années, nous ayons été en mesure de porter la coopération OTAN-UE à des niveaux sans précédent et lorsque l’UE et l’OTAN se tiennent ensemble, lorsque nous travaillons ensemble, nous sommes une force puissante pour la stabilité et la sécurité.”, a déclaré le secrétaire général.

READ  Les règles de la Belgique ne commenceront à s'assouplir qu'en mars si la tendance se poursuit

Le Secrétaire général a souligné l’importance de la maîtrise des armements et s’est félicité de la prorogation du nouveau Traité START, déclarant: << L'extension du nouveau START ne doit pas être la fin du processus, c'est le début d'un effort visant à renforcer davantage la maîtrise internationale des armements, de sorte qu'à l'avenir nous puissions avoir des accords de maîtrise des armements couvrant plus de systèmes d'armes. Et inclure plusieurs pays. , y compris la Chine ".