CBI dénonce la fraude aux visas français et réserve 2 anciens employés d’ambassade parmi 6 personnes

Le Bureau central d’investigation (CBI) a embauché six personnes pour dénoncer une fraude aux visas français qui fleurit depuis janvier pour fournir des emplois basés sur de fausses lettres. Deux des six personnes nommées dans le FIR sont d’anciens employés de la section des visas de l’ambassade de France à Delhi et complices avec d’autres du racket des visas qui s’est déroulé de janvier au 6 mai de cette année, a indiqué la CBI.

La CBI a effectué vendredi des perquisitions dans six lieux où se trouvaient les accusés à Delhi, Patiala, Gurdaspur et Jammu et a récupéré des documents et des objets incriminants, notamment des ordinateurs portables, des téléphones portables et des passeports suspects. Les six accusés arrêtés par la CBI sont : Shubham Shokeen et Aarti Mandal, tous deux agents des visas de l’ambassade de France, et Navjot Singh, Chetan Sharma, Satwinder Singh Purewal et Manpreet Singh.

Conspiration

Selon leur association de malfaiteurs, « les requérants du Pendjab et du Jammu ont soumis des lettres fausses et contrefaites prétendument écrites par une société privée basée à Bangalore au Consulat général de France à Bangalore pour la délivrance de visas d’entrée, pour leur adhésion à une société privée à Port- Le-Havre, France », a déclaré la CBI.

Shoken et Mandal ont facturé 50 000 ₹ par demande pour avoir été approchés au sujet de la délivrance de visas d’entrée en faveur de trois autres accusés. Les deux employés l’ont fait eux-mêmes à l’insu et sans l’approbation du chef du service des visas de l’ambassade de France à New Delhi, a indiqué la CBI. « Il a également été allégué qu’après la délivrance du visa d’entrée, les deux fonctionnaires susmentionnés ont déplacé/détruit les documents/dossiers du service des visas », a souligné l’agence.

Au cours de la période de cinq mois, plusieurs dossiers auraient été traités par ces prévenus qui concernaient principalement des particuliers, par exemple de jeunes agriculteurs ou des chômeurs du Pendjab qui n’avaient pas voyagé auparavant. La CBI a également allégué que pendant ladite période, le prévenu avait perpétré une fraude d’un montant important dans la section des visas de l’ambassade.

READ  Les législateurs français approuvent bientôt l'interdiction des vols intérieurs | Reuters | Affaires

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here