Criteo pourrait risquer une amende GDPR de 60 millions d’euros en France | Nouvelles

FRANCE – La société de médias commerciaux Criteo conteste une plainte du régulateur français du numérique CNIL selon laquelle la société a violé les règles du règlement général sur la protection des données (RGPD) qui pourrait entraîner une amende de 60 millions d’euros pour Criteo.

Les réclamations découlent d’une plainte déposée par l’organisation caritative de défense des droits technologiques Privacy International en novembre 2018 concernant les pratiques commerciales de Criteo, l’organisation caritative affirmant qu’elle n’était pas conforme au RGPD.

La CNIL a ouvert une enquête formelle en janvier 2020, qui est toujours en cours, même si un orateur mandaté a publié la semaine dernière un rapport dénonçant diverses violations du RGPD par Criteo.

Le rapporteur a également proposé une sanction financière à l’encontre de Criteo de 60 millions d’euros.

Criteo a le droit de répondre par écrit à la CNIL concernant les réclamations GDPR, à la suite de quoi il y aura une audience formelle qui verra la Commission des sanctions de la CNIL émettre un projet de décision.

Une décision finale sur la résolution et les amendes potentielles devrait être prise à la mi-2023.

Criteo a déclaré qu’il n’était pas du tout d’accord avec le rapport du rapporteur, mais a déclaré avoir pris en compte la sanction proposée dans ses états financiers pour la période se terminant le 30e Juin 2022.

Ryan Damon, directeur juridique de Criteo, a déclaré : « Nous ne sommes pas du tout d’accord avec les conclusions du rapport de l’enquêteur de la CNIL, tant sur le fond des allégations de l’enquêteur de non-conformité au RGPD que sur le quantum de la sanction proposée.

READ  La vente des vignobles de Ponzi au champagne français Bollinger envoie une onde de choc dans la vallée de la Willamette

« Nous pensons que les mérites de ce rapport sont fondamentalement erronés et que les sanctions proposées ne sont pas à la mesure des actions présumées non conformes.

« Nous nous réjouissons de poursuivre le dialogue avec la CNIL et de défendre notre cause devant l’arbitre final d’une décision finale. Criteo continue de respecter les normes les plus élevées en matière de confidentialité et exploite une entreprise mondiale entièrement transparente et conforme à la réglementation. »

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here