Deseo a commencé des voyages semi-autonomes entre Anvers et Zeebrugge (photo fournie par Seafar)

De

L’exécutif maritime


16/02/2021 02:26:19

Le développement de la navigation autonome a franchi une nouvelle étape avec la première navigation d’un cargo semi-autonome à courte portée entre les ports belges de Zeebruges et d’Anvers. Le programme, qui vise à étendre les efforts antérieurs sur les voies navigables intérieures, est considéré comme la première étape vers la navigation autonome.

La coopération vise à valider les possibilités de navigation automatisée et à impliquer les autorités dans le développement de nouvelles méthodes de navigation. Au fil du temps, les partenaires espèrent réduire le nombre d’équipages à bord du navire pour accroître l’efficacité et remédier à la pénurie croissante de marins qualifiés.

Deseo navigue à travers le prot de Zeebrugge (photo fournie par le CSP Zeebrugge)

Les départs se font avec 5500 tpl Envie, qui appartient à la compagnie maritime belge Wennick. Le programme de test de la technologie est mené en collaboration avec le département MOW, l’autorité nautique conjointe et De Vlaamse Waterweg. Le navire, qui transporte 400 EVP, naviguera dans un premier temps deux à trois fois par semaine entre les deux ports soutenus par un poste de contrôle central.

La route entre les deux ports longe l’Escaut occidental, l’un des fleuves les plus fréquentés du monde. Pour assurer la sécurité le long de la voie navigable, le test comprend un équipage expérimenté sur le navire qui peut prendre le relais si nécessaire.

La technologie testée pour l’automatisation du navire a été développée par la société belge Seafar et assure le contrôle depuis un centre de contrôle centralisé. Les opérateurs des centres de contrôle disposent d’une gamme de systèmes de haute technologie basés sur l’intelligence artificielle, la fusion de capteurs et la détection d’objets pour assurer une navigation sûre. L’opérateur B2B Citymesh fournit une liaison de communication fiable et stable entre le navire et le centre de contrôle au sol, en utilisant un réseau Wi-Fi hybride, LTE / 5G privé et un réseau 4G public.

«Les innovations d’automatisation de la navigation intérieure aideront le secteur et nous voulons jouer un rôle de pionnier dans ce domaine avec la Flandre», a déclaré la ministre de la Mobilité et des Travaux publics, Lydia Peeters. “Le projet de barge automatisée offre une réponse aux enjeux de mobilité du futur. Il renforce notre société pour se digitaliser et innover progressivement.”

Au fur et à mesure que la technologie est démontrée et affinée lors des tests, l’objectif est de passer à des niveaux d’automatisation plus élevés en réduisant l’équipage de cinq à trois. Des projets de test similaires ont déjà été menés en 2020 sur les voies navigables flamandes et dans le port d’Anvers.

Le Cluster Blauwe, le VLAIO, le département MOW et l’Agence des services maritimes et du littoral soutiennent également ce projet.

Opérateurs du centre de contrôle surveillant le voyage du navire (photo fournie par Seafar)

READ  Henderson County News: Un nouveau don de la Belgique soutient la maison de Saint-Gérard