Des manifestants irakiens prennent d’assaut le parlement de Bagdad et organisent un sit-in

BAGDAD (AP) – Des milliers de partisans d’un religieux chiite influent ont pris d’assaut le parlement irakien samedi, pour la deuxième fois cette semaine, pour protester contre les efforts de construction du gouvernement menés par ses rivaux, une alliance de groupes soutenus par l’Iran.

L’alliance a montré des signes de division interne, certains appelant à des contre-manifestations – une évolution qui ferait planer le spectre d’un conflit civil – tandis que d’autres ont ensuite appelé au dialogue.

Les forces de sécurité irakiennes ont d’abord utilisé des gaz lacrymogènes et des grenades assourdissantes pour tenter de repousser les manifestants, partisans de l’ecclésiastique Moqtada al-Sadr. Une fois à l’intérieur, les manifestants ont déclaré un sit-in d’une durée indéterminée et ont déclaré qu’ils ne seraient pas dispersés tant que leurs demandes n’auraient pas été exaucées.

Alors que le nombre de manifestants augmentait, la police a fait marche arrière. La session prévue du parlement n’a pas eu lieu et il n’y avait pas de législateur dans la salle. En fin d’après-midi, le ministère de la Santé a indiqué qu’environ 125 personnes avaient été blessées dans les violences : 100 manifestants et 25 membres des forces de sécurité.

Le président du Parlement, Mohammed Halbousi, a suspendu les futures sessions jusqu’à nouvel ordre.

Plus tôt dans la journée et en écoutant les appels d’al-Sadr, les manifestants ont utilisé des cordes et des chaînes pour abattre les barricades en béton menant à la porte de la zone verte fortement fortifiée de Bagdad, qui abrite des bâtiments gouvernementaux et des ambassades.

L’évolution a montré qu’al-Sadr utilisait sa large base de partisans comme tactique de pression contre ses rivaux, après que son parti n’ait pas été en mesure de former un gouvernement malgré le fait qu’il ait remporté le plus de sièges lors des élections fédérales tenues en octobre dernier.

READ  Accident de train à Taiwan: un chauffeur de camion exprime son «profond remords» pour la catastrophe | Taïwan

Aucune des deux parties ne semblant disposée à céder et al-Sadr ayant l’intention de faire dérailler les efforts de construction du gouvernement menés par ses rivaux, les limbes et la paralysie politique de l’Irak ont ​​inauguré une nouvelle ère d’instabilité dans le pays assiégé.

Al-Sadr a utilisé ses partisans comme levier contre ses rivaux et leur a ordonné d’occuper le parlement dans le passé, comme en 2016, sous l’administration du Premier ministre Haidar al-Abadi.

Aujourd’hui, 10 mois après les dernières élections, le vide politique s’annonce comme le plus long depuis l’invasion menée par les États-Unis en 2003 pour renverser le dictateur irakien Saddam Hussein et rétablir l’ordre politique du pays.

Les rivaux d’Al-Sadr dans le cadre de la coordination – une alliance de partis chiites soutenus par l’Iran et dirigée par l’ancien Premier ministre Nouri al-Maliki – ont montré des signes de divisions internes plus tard samedi.

Dans un premier temps, l’alliance a appelé à des contre-manifestations « pacifiques » pour défendre l’État, faisant craindre d’éventuels combats de rue et violences interethniques.

« La paix civile est une ligne rouge et tous les Irakiens doivent être prêts à la défendre par tous les moyens possibles et pacifiques », a déclaré l’alliance. Trois responsables chiites ont déclaré que cette déclaration avait été écrite par al-Maliki et le chef de milice et personnalité politique Qais al-Khazali.

Plus tard, Hadi al-Amiri, également chef de l’alliance, a publié une déclaration appelant notre « cher frère » al-Sadr à « un dialogue sérieux » pour trouver une issue à l’impasse. Al-Maliki semblait également tourner en rond et a publié une déclaration indiquant que les événements tumultueux de la journée l’avaient incité à demander un dialogue avec al-Sadr.

READ  La célèbre ville hantée d'Angleterre supplie les chasseurs de fantômes d'arrêter de jeter des ordures

Al-Maliki est le principal rival d’al-Sadr et les deux hommes sont puissants à part entière.

Les Nations Unies se sont déclarées préoccupées par la poursuite de l’instabilité et ont appelé les dirigeants irakiens à réduire l’escalade. « Les voix de la raison et de la sagesse sont essentielles pour prévenir de nouvelles violences. Tous les acteurs sont encouragés à réduire l’escalade dans l’intérêt de tous les Irakiens », a déclaré l’ONU.

Dans un discours, le Premier ministre par intérim Mustafa al-Kadhimi a appelé à la retenue.

« Les blocs politiques doivent s’asseoir et négocier et parvenir à un accord pour le bien de l’Irak et des Irakiens », a-t-il dit et a ordonné aux forces de sécurité de protéger les manifestants.

Le dirigeant chiite Ammar al-Hakim – qui est un allié du Cadre mais a annoncé qu’il ne participerait pas au prochain gouvernement – a fait écho aux propos d’al-Kadhimi et a demandé aux deux camps de faire des concessions pour éviter « la perte irremplaçable de la patrie ».

Tout au long de la journée, les partisans d’al-Sadr – dont beaucoup étaient venus non seulement de Bagdad mais aussi d’autres provinces pour organiser le sit-in – ont continué à envahir le bâtiment du Parlement, arborant le drapeau irakien et des portraits d’al-Sadr. Ils ont chanté contre l’intrusion des États étrangers, une référence voilée à l’Iran.

C’était la deuxième fois en quatre jours que l’ecclésiastique ordonnait à ses partisans de porter leur cause dans la zone verte. Mercredi, après que des manifestants ont pris d’assaut le parlement de la même manière, ils sont partis peu de temps après leur entrée, sous le commandement d’al-Sadr.

La démonstration de force de mercredi est intervenue après que les rivaux d’al-Sadr ont fait un pas en avant dans leurs efforts de construction du gouvernement en nommant Mohammed al-Sudani comme candidat au poste de Premier ministre.

READ  Une ville flottante aux Maldives commence à prendre forme

À l’intérieur du parlement, au fur et à mesure que la journée avançait, les défenses des forces de sécurité sont devenues moins intenses et beaucoup ont été vus assis et conversant avec les manifestants. Par la suite, certains manifestants ont commencé à se déplacer du parlement vers le bâtiment du Conseil judiciaire.

« Nous sommes venus aujourd’hui pour éliminer la classe politique corrompue et l’empêcher de tenir une session parlementaire et pour empêcher le Cadre de former un gouvernement », a déclaré Raad Thabet, 41 ans. « Nous avons répondu à l’appel d’al-Sadr. »

Le parti d’Al-Sadr a quitté les pourparlers sur la formation du gouvernement en juin, donnant à ses rivaux dans le cadre de la coordination la majorité dont ils avaient besoin pour faire avancer le processus.

De nombreux manifestants vêtus de noir pour célébrer les jours précédant l’Achoura, qui commémore la mort de l’imam Hussein, petit-fils du prophète Mahomet et l’une des figures les plus importantes de l’islam chiite. Le message d’Al-Sadr à ses partisans a profité de la journée importante de l’islam chiite pour déclencher des protestations.

On ne sait pas dans quelle mesure les événements de samedi pourraient faire dérailler les efforts visant à recueillir suffisamment de soutien pour la candidature d’al-Sudani au poste de Premier ministre. Al-Maliki avait lui-même voulu le poste de Premier ministre, mais des enregistrements audio ont été divulgués dans lesquels il aurait maudit et critiqué al-Sadr et même ses propres alliés chiites, ce qui a effectivement coulé sa candidature.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here