La Belgique exhortée à ne pas assouplir les mesures trop rapidement demain

A la veille du conseil consultatif, toutes les universités flamandes, leurs hôpitaux et départements de médecine ont conjointement exhorté les autorités à ne pas assouplir les mesures trop rapidement, malgré de bonnes données sur le coronavirus belge.

Vendredi, les autorités devraient donner le coup d’envoi officiel de la première phase du « plan d’été » belge, dans laquelle une série d’assouplissements entrera en vigueur à partir du 9 juin, notamment la réouverture des gymnases et des cinémas, ainsi que des zones intérieures de bars et restaurants. .

Or, « l’ascendance non restreinte met la vie en danger », ont souligné les recteurs de l’université flamande, les directeurs généraux des hôpitaux et les chefs de service dans une lettre ouverte. publié (en néerlandais) sur VRT NWS.

« Des modèles mathématiques récents prédisent une nouvelle flambée fin juin, du moins si nous devions nous recontacter comme nous l’avons fait en septembre de l’année dernière », ont-ils écrit.

De plus, selon eux, l’augmentation des voyages internationaux durant les mois d’été augmentera également le risque d’une réintroduction du virus en Belgique.

« Ce n’est pas à nous de faire ces choix politiques ou de les réduire. Cependant, nous voulons faire appel à la responsabilité individuelle et à la mentalité civique de chacun ».

Après le « chemin long et extrêmement tortueux » que tout le monde a parcouru depuis le début de la crise, tout le monde a hâte d’atteindre tôt ou tard la ligne d’arrivée, ont-ils écrit.

Nouvelles liées:

Le fait que les chiffres évoluent de manière positive « incite les gouvernements de notre pays à annoncer des assouplissements de grande envergure au sein du comité consultatif », ont-ils déclaré. « L’optimisme triomphe et c’est bien. Mais c’est aussi une source de grande inquiétude ».

READ  OneStream Software et PwC Belgium annoncent un partenariat pour aider les organisations à surmonter la complexité et à conduire la transformation financière en Belgique et dans la région EMEA

« Nous sommes confrontés à une descente risquée, dans laquelle nous sommes loin d’être certains du danger qui se cache derrière le prochain virage », ont-ils écrit, ajoutant que « l’évolution de l’épidémie s’est avérée à plusieurs reprises être un chemin perfide avec des lacets inattendus ».

L’aggravation récente de la situation épidémiologique au Royaume-Uni, de nouvelles variantes comme la variante Delta (détectée pour la première fois en Inde), qui gagne également du terrain dans notre pays et devrait dominer, sont des « flashs incontournables », selon eux.

« Dans tout cela, nous ne devons pas perdre de vue le fait que nous appartenons au groupe de pays d’Europe qui ont encore une circulation relativement élevée du virus. »

C’est pourquoi « la pléthore d’assouplissements annoncés ces derniers jours » est une « cause d’inquiétude » que les auteurs de la lettre partagent « avec les nombreux experts qui conseillent chaque jour nos gouvernements sur la base des dernières connaissances scientifiques ».

« Les relaxations font soudainement du chemin. Peut-être trop loin, comme si tout à coup presque tout était possible et que le danger était définitivement passé ».

Tant que la grande majorité de la population n’a pas été vaccinée deux fois, les experts demandent à chacun d’être le plus restrictif possible pour le relâchement des contacts.

« Choisissez autant que possible la socialisation en plein air et gardez une distance de sécurité ou portez un masque », ont-ils ajouté. « Assurez-vous que la ventilation est contrôlée lorsque vous êtes à l’intérieur, idéalement sur la base d’une mesure de CO2. Suivez les conseils de voyage internationaux aussi strictement que possible. Testez-vous au moindre soupçon de contacts à risque.

READ  Aéroport de Gatwick : changements clés alors que la France, l'Espagne, l'Italie et la Belgique mettent à jour les règles de voyage COVID

Cependant, il y a toujours lieu d’être optimiste, car les résultats de la campagne de vaccination sont clairement visibles et protègent rapidement plus de citoyens.

« Pourtant, on le voit dans la pratique : on peut vraiment se sentir rassuré seulement deux semaines après la deuxième vaccination. Par conséquent, faites-vous vacciner et faites également le deuxième coup », ont-ils écrit.» Vous ne serez correctement protégé que deux semaines plus tard.

« Au final, cela se résume à ceci : nous faisons appel au bon sens et au sens des responsabilités de chacun », ont-ils déclaré. « Nous le devons à nous-mêmes, à nos familles, à nos amis et à tous ceux qui continuent de tant sacrifier chaque jour pour notre santé. »

« C’est difficile d’être dur avec soi-même, surtout quand la liberté appelle. Mais si nous voulons profiter d’un été insouciant et d’une reprise normale des études en septembre, si nous voulons donner à nos guides et experts fatigués un repos bien mérité, nous devons tous rendre la descente un peu moins risquée ».

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here