«French style» est l’expression banale utilisée chaque fois que le monde anglophone du rugby essaie de décrire les joies du rugby français. Cela implique que les joueurs français sont nés avec un don pour le jeu de course.

La réalité est que le style français est un gros mensonge blanc. Un mythe propagé dans le monde du rugby anglophone qui ne reconnaît pas l’excellente pensée française qui l’a créé. Le grand coaching français a créé une philosophie offensive que les joueurs ont apprise, à travers un processus de coaching organisé et méthodique, non reconnu dans le monde anglophone.

La lignée de cette excellente réflexion sur le rugby a ses racines avec le grand Jean Pratt, un joueur du Temple de la renommée du World Rugby des années 1950, qui a entraîné la France pour remporter son premier championnat des cinq nations en 1967.

L’équipe française qui se vendra à Dublin ce dimanche est le résultat d’une décennie de planification de haute performance. Ils ont ravivé l’esprit du coaching de Pratt et l’ont fait évoluer avec des concepts modernes.

Après avoir accueilli la Coupe du monde 2007, les Français ont pris le calcul et se sont concentrés sur l’organisation et la victoire du tournoi 2023 pour leur prochaine entreprise lucrative. Pour réussir en 2023, le rugby français a dû résoudre ses problèmes politiques, managériaux et ludiques.

Politiquement, le redoutable Bernard Laporte est nommé président de la Fédération française. Ancien entraîneur de l’équipe de France, ministre des Sports et responsable de leur candidature gagnante pour la Coupe du monde 2023, Bernard est un opérateur sérieux.

READ  Brandon Nakashima, joueur de tennis de Carmel Valley, remporte le titre ATP Challenger en France

Comme la France elle-même, le monde anglophone a constamment sous-estimé l’extraordinaire capacité de Laporte à rassembler des ressources qui lui procurent des victoires politiques et sur le terrain. Je me suis entraîné contre Bernard et, malgré ce que beaucoup ont dit de lui, je l’ai toujours trouvé sympathique et gentil. C’est aussi un intellectuel du rugby. Les équipes qu’il a entraînées utilisaient un système offensif qui plaçait la rangée arrière et le talonneur sur les hanches extrêmes des années avant que les Kiwis ne le copient.

La raison de la baisse des performances françaises au cours de la décennie précédente était le passage du pouvoir de la fédération française aux présidents des 14 meilleurs clubs. Dans les coulisses, Laporte s’est engagé dans une lutte politique titanesque pour regagner le pouvoir de la Fédération française.

Sans surprise, Laporte a remporté cette bataille et les joueurs de French Test sont désormais reposés du Top 14 de la semaine avant les Six Nations pour participer sur le terrain des équipes internationales.

Il y a plusieurs années, le département haute performance de Laporte a commencé à cibler la cohorte de joueurs français qui joueraient en 2023. L’ensemble des plus de 40 académies de club – ou centres de formation – ont reçu des subventions substantielles pour construire ou acheter des gymnases et du matériel d’entraînement.

Un programme national d’identification des talents a été lancé aux moins de 16 ans et moins de 18 ans alors que l’unité de haute performance se concentrait sur la victoire des tournois de la Coupe du monde de rugby des moins de 20 ans 2018, 2019 et 2020. contrainte d’abandonner le tournoi 2020, la France a remporté la Coupe du monde des moins de 20 ans en 2018 et 2019.

READ  un organisateur mis en examen et détenu

Personnel spécialisé

Laporte a nommé son ancien capitaine, Fabian Galthie, pour rejoindre l’équipe de France des entraîneurs avant de devenir entraîneur-chef après la Coupe du monde 2019. Raphael Ibanez, un autre ancien capitaine français, est devenu le directeur de l’équipe. Ce duo exécutif est composé de messieurs sortants, souriants et sympathiques. Quand il s’agit de rugby, ils sont à la fois des guerriers calculés et de sang-froid. Aux yeux de leurs joueurs et du public du rugby français, ils ont de la gravité, du charisme et du panache.

Laporte a autorisé Galthie à nommer son propre personnel. Shaun Edwards, le sorcier défensif gallois et illustre ancien joueur anglais et Balmain Tigers Rugby League, a repris la défense française.

Vlok Cilliers, un entraîneur de coups de pied sud-africain, a également été nommé aux côtés de William Servat qui est devenu entraîneur de mêlée. L’ancien entraîneur du Racing 92 Laurent Labit était en charge de l’attaque. Julien Bonnaire a pris le contrôle de l’alignement, avec Karim Ghezal comme entraîneur des compétences. Ce type d’affectations de personnel spécialisé a été le premier en France.

La Coupe du monde 2023 est clairement la priorité de Galthie. Sélectionnez des joueurs qu’il peut façonner qui ont soif d’apprendre de son groupe d’entraîneurs techniques.

Il a immédiatement éliminé les joueurs qui seraient trop vieux en 2023. Il a introduit l’équivalent français de la politique de recrutement «no dickhead». Chaque joueur devait avoir une mentalité «France d’abord», en paroles et en actions. Certains joueurs de haute qualité avec des égos de qualité égale n’ont pas été sélectionnés. Le message adressé au rugby français était clair. Personne n’est plus important que l’équipe.

READ  un élève de 12 ans est décédé après avoir été heurté par un bus à Royan

L’équipe de France qui court à l’Aviva demain, portant ce fameux maillot bleu avec le coq sur le cœur, est le résultat de ce grand plan. C’est une équipe de talent, d’excellence technique, de ténacité physique et mentale.

La grande crainte pour le reste du monde est que cette équipe de France ne soit pas l’article fini. Ils ont encore deux ans d’apprentissage jusqu’à ce qu’ils soient à leur apogée. L’espoir pour l’Irlande est que cette jeune équipe de France puisse passer une mauvaise journée, comme elle l’a fait à Edimbourg l’année dernière. C’est loin, mais l’Irlande peut gagner.

Mais la leçon ici a une conséquence bien plus profonde que le résultat du match de demain. Fabian Galthie et Andy Farrell étaient tous les deux entraîneurs adjoints à la Coupe du monde 2019. Ils ont tous deux hérité des équipes perdantes. Les deux ont été entraîneurs pendant exactement la même durée.

Attendez-vous maintenant à septembre 2023, lorsque l’Irlande montera à bord de l’avion pour se rendre à Paris pour la Coupe du monde de rugby. Selon vous, qui sera le mieux préparé? Irlande ou France?

La réponse honnête devrait nous embarrasser tous.