La France voit la possibilité d’un compromis avec l’Allemagne sur les règles fiscales de l’UE

PARIS, 29 novembre (Reuters) – La France sera en mesure de trouver un compromis avec le nouveau gouvernement allemand pour mettre à jour les règles fiscales de l’UE afin de relever les défis économiques suite à la pandémie de COVID-19, a déclaré lundi le ministre des Finances français Bruno Le Maire.

Le mois dernier, l’UE a lancé une révision de son code fiscal afin de mieux refléter la nouvelle réalité de l’augmentation de la dette publique et les coûts énormes de la transition vers une économie zéro carbone.

Le pacte de stabilité et de croissance, qui définit les règles budgétaires dans l’UE, s’est complexifié au fil des années et a été une source de tensions.

Inscrivez-vous maintenant pour un accès GRATUIT et illimité à reuters.com

Les pays fiscalement conservateurs comme les Pays-Bas et l’Allemagne se sont traditionnellement opposés à la dilution, mais les trois partis qui formeront le prochain gouvernement allemand ont signalé une ouverture à la réforme dans leur accord de coalition la semaine dernière. en savoir plus

« Je suis convaincu que nous parviendrons à trouver un accord sur la nécessaire réforme du pacte de stabilité et de croissance qui garantisse la stabilité de la zone euro et permette une croissance plus forte et plus verte », a déclaré le ministre français des Finances Bruno Le Maire lors d’une conférence. presse commune avec les finances irlandaises. Ministre Pasquale Donohoe.

Le Maire a déclaré que le débat entre les soi-disant frugaux de l’Europe du Nord et le reste des États membres de l’UE est dépassé.

READ  Google fait appel de l'amende "disproportionnée" de 591 millions de dollars infligée à la France dans le cadre d'un procès pour droit d'auteur

Le principal problème maintenant était de savoir comment l’Europe pouvait « décarboniser » son économie en défendant ses intérêts au niveau international face à des puissances économiques telles que les États-Unis et la Chine, a déclaré Le Maire.

Donohoe, qui préside l’Eurogroupe des ministres des Finances de la zone euro, a déclaré qu’il s’attendait à un débat difficile sur le pacte de stabilité et de croissance, mais il s’attendait à beaucoup de progrès sous la présidence française de l’UE au cours des six premiers mois de 2022.

« Bien qu’il existe des points de vue divergents sur ces questions, il existe également une appréciation de ce que nous pouvons faire collectivement et je pense que nous pouvons en tirer parti et je pense que nous parviendrons à un accord », a déclaré Donohoe.

Inscrivez-vous maintenant pour un accès GRATUIT et illimité à reuters.com

Reportage de Leigh Thomas et Dominique Vidalon, édité par Gareth Jones et Timothy Heritage

Nos normes : Principes de confiance de Thomson Reuters.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here