La variante Omicron était en Belgique, en Allemagne avant l’Afrique du Sud : Rapport

Londres: Alors que les pays « punissaient » l’Afrique du Sud pour avoir repris la nouvelle variante Omicron en interdisant les voyages, des pays européens comme la Belgique, l’Allemagne et les Pays-Bas avaient déjà la souche super mutante, selon les rapports.

Les autorités sanitaires sud-africaines ont alerté le monde le 24 novembre de l’existence de la nouvelle variante B.1.1.529, avec 32 mutations. Deux jours plus tard, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a attribué à la variante la lettre grecque Omicron et a déclaré que la nouvelle souche pourrait comporter un plus grand risque de réinfection que les mutations antérieures du virus.

Le séquençage du génome et d’autres analyses génétiques ont montré que le variant B.1.1.529 était responsable des 77 échantillons de virus analysés par Gauteng en Afrique du Sud, collectés entre le 12 et le 20 novembre.

Cependant, des échantillons de tests en Belgique et en Allemagne confirment désormais que la variante était présente dans leurs pays avant le 24 novembre, a rapporté CBS.

Selon les autorités belges, la personne infectée s’était déjà rendue en Egypte.

« En Belgique, un prélèvement a été confirmé comme une variante du roman B.1.1.529 (chez un voyageur de retour d’Egypte (11/11) ; premiers symptômes le 22/11″, a tweeté le médecin de santé belge en public, Marc Van ». Ranst.

«Plusieurs mutations Omicron typiques ont été trouvées hier soir sur un rapatrié d’Afrique du Sud. Il y a donc un haut niveau de suspicion que la personne a été isolée dans la maison. La séquence complète est toujours en attente pour le moment », a tweeté le ministre d’Etat allemand des Affaires sociales et de l’Intégration.

Selon les autorités sanitaires néerlandaises, ils ont trouvé la nouvelle variante Omicron du coronavirus dans des cas remontant à 11 jours, indiquant qu’il se propageait déjà en Europe occidentale avant que les premiers cas ne soient identifiés en Afrique australe.

L’institut de santé RIVM, relevant du ministère néerlandais de la Santé, a affirmé avoir trouvé Omicron dans des échantillons des 19 et 23 novembre.

Ces résultats sont antérieurs aux cas positifs parmi les passagers venus d’Afrique du Sud vendredi dernier et ont été testés à l’aéroport Schiphol d’Amsterdam.

« On ne sait toujours pas si les personnes touchées (dans les cas précédents) se trouvaient également en Afrique australe », a déclaré le RIVM, ajoutant que les personnes avaient été informées de leurs infections à Omicron et que les services de santé locaux avaient commencé à retrouver les contacts.

« Au cours de la période à venir, diverses études sur la distribution de la variante Omicron aux Pays-Bas seront menées », a déclaré l’institut, notant qu’il examinera également davantage d’échantillons des résultats des tests Covid précédents.

En conséquence, plusieurs pays, dont les États-Unis, le Canada, le Royaume-Uni, l’Union européenne et le Japon, ont annoncé des interdictions de voyager quasi immédiates en provenance d’Afrique du Sud et d’autres pays d’Afrique australe.

L’Institut national italien de la santé a révélé que le premier cas d’infection à Omicron avait été détecté à Milan. Les infectés sont revenus du Mozambique.

Le Brésil, l’Arabie saoudite, le Japon et la France ont également confirmé des cas de la nouvelle variante alors que les pays du monde entier se précipitaient pour fermer leurs portes et que les scientifiques se précipitaient pour tester les médicaments existants contre elle.

Bien qu’il ne soit pas clair si la souche Omicron rend les gens plus gravement malades que les variantes déjà connues, l’OMS a averti que le risque global qu’elle pose est « très élevé » sur la base des premières preuves.

READ  La Belgique se prépare aux touristes néerlandais qui tentent d'échapper au blocus

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here