Les partisans de l’indépendance célèbrent les résultats du référendum sur l’indépendance à Nouméa, en Nouvelle-Calédonie, en octobre. Lors d’un vote qui a marqué une étape importante dans un effort de décolonisation de trois décennies, 46,7% ont soutenu l’indépendance. Maintenant, le territoire des îles du Pacifique a un gouvernement composé principalement de politiciens séparatistes, et le Congrès devrait choisir un nouveau président ce mois-ci.

Mathurin Derel / AP


masquer la légende

activer / désactiver la légende

Mathurin Derel / AP

Les partisans de l’indépendance célèbrent les résultats du référendum sur l’indépendance à Nouméa, en Nouvelle-Calédonie, en octobre. Lors d’un vote qui a marqué une étape importante dans un effort de décolonisation de trois décennies, 46,7% ont soutenu l’indépendance. Maintenant, le territoire des îles du Pacifique a un gouvernement composé principalement de politiciens séparatistes, et le Congrès devrait choisir un nouveau président ce mois-ci.

Mathurin Derel / AP

Pour la première fois depuis plus de deux décennies, le territoire insulaire pacifique de la Nouvelle-Calédonie a un gouvernement composé principalement d’hommes politiques séparatistes, un chiffre d’affaires historique qui, selon les analystes, pourrait conduire à l’indépendance de la France.

Le congrès de la Nouvelle-Calédonie devrait sélectionner un nouveau président ce mois-ci, une décision rendue nécessaire après l’effondrement de l’organe législatif du territoire français lorsque cinq les politiciens de l’indépendance quitter en février au milieu des troubles civils sur la propriété de certaines des immenses ressources de nickel de la Nouvelle-Calédonie.

Le territoire mélanésien, un ensemble d’îles à environ 750 miles au large de la côte est de l’Australie, est le quatrième producteur mondial de nickel, un composant clé des batteries au lithium utilisées dans les voitures électriques. L’industrie locale du nickel est dominé par des entreprises étrangères, le conglomérat français Eramet étant le plus grand propriétaire de mines de nickel.

Une femme participe au référendum d’octobre à Nouméa, Nouvelle-Calédonie.

Mathurin Derel / AP


masquer la légende

activer / désactiver la légende

Mathurin Derel / AP

Une femme participe au référendum d’octobre à Nouméa, Nouvelle-Calédonie.

Mathurin Derel / AP

Mais plus que le nickel est en jeu, disent les analystes. La Nouvelle-Calédonie est l’un des 14 territoires d’outre-mer français, qui jouent tous un rôle crucial dans sa domination économique et militaire maritime mondiale. En raison de ses territoires, la France possède la deuxième plus grande zone économique exclusive maritime au monde – les eaux côtières qu’un pays revendique pour des droits exclusifs d’activités économiques telles que la pêche et le forage – après les États-Unis.

Dans le Pacifique, la Nouvelle-Calédonie – avec la Polynésie française, Wallis et Futuna – est au cœur de la position de la France en tant qu’acteur occidental de premier plan dans une région riche en ressources et stratégiquement importante qui a connu une influence croissante de la Chine ces dernières années.

READ  Le festival de cirque le plus célèbre au monde respecte les règles du COVID-19

Quand une coalition indépendantiste connue sous le nom de FLNKS (acronyme français de Kanak et Front de libération nationale socialiste) émergé avec la majorité pour la première fois depuis 1999 depuis les élections anticipées du 17 février, il a marqué un “tournant important”, déclare Nic Maclellan, qui couvre la Nouvelle-Calédonie pour Affaires insulaires magazine.

Ce changement de gouvernement intervient à un moment charnière d’une longue lutte pour l’indépendance définie par de profondes divisions raciales. Les autochtones kanak représentent environ 41% de la quasi-totalité de la Nouvelle-Calédonie 289000 personnes; ceux d’origine européenne représentent environ 24% de la population. Si un nouveau président venait de la coalition indépendantiste – dont les deux principaux candidats sont kanak – cette personne serait le premier président kanak depuis près de 40 ans, à une époque de soutien populaire sans précédent à l’indépendance.

Les gens ont agité des drapeaux français lors de la dernière réunion des loyalistes pro-français opposés au référendum sur l’autodétermination de la Nouvelle-Calédonie, à Nouméa en octobre.

Theo Rouby / AFP via Getty Images


masquer la légende

activer / désactiver la légende

Theo Rouby / AFP via Getty Images

Les gens ont agité des drapeaux français lors de la dernière réunion des loyalistes pro-français opposés au référendum sur l’autodétermination de la Nouvelle-Calédonie, à Nouméa en octobre.

Theo Rouby / AFP via Getty Images

Après un période de troubles civils meurtriers dans les années 1980, La Nouvelle-Calédonie et la France ont signé des accords en 1988 et 1998 dans un souci de paix entre les indigènes et l’armée française. Dans l’Accord de Nouméa de 1998, du nom de la capitale de la Nouvelle-Calédonie, la France a promis d’accorder plus de pouvoir politique au territoire et aux Kanaks au cours des 20 prochaines années. Mais chaque gouvernement de Nouvelle-Calédonie depuis lors, dit Maclellan, a été dirigé par des partis fidèles à la France, avec des présidents d’origine européenne.

Si le nouveau président est kanak, dit-il, “le symbolisme et la substance d’avoir un président indigène kanak soulignent vraiment ce processus de décolonisation, et vont inquiéter et même irriter certains partisans conservateurs de la République française, qui estiment que le mouvement pour l’indépendance ne devrait pas ne prends pas le contrôle. “

Temps vers l’indépendance?

Ziad Gebran, attaché de presse du ministre français des DOM-TOM Sébastien Lecornu, déclare à NPR que la France “respectera les institutions de la Nouvelle-Calédonie” et “essaiera de ne pas interférer” en formant un nouveau gouvernement et en choisissant un nouveau président.

READ  Comment l'économie chinoise s'est remise de Covid-19

Si le nouveau gouvernement organise un troisième et dernier référendum sur l’indépendance avant l’expiration de l’accord de Nouméa en 2022, Gebran affirme que la France respectera le résultat.

«Nous avons accepté de lancer ce processus il y a 30 ans, nous sommes donc maintenant obligés d’accepter le vote des néo-calédoniens», déclare Gebran.

Alexandre Dayant, chercheur au think tank Lowy Institute de Sydney, en Australie, prédit que le gouvernement néo-calédonien tentera de tenir un référendum le plus tard possible, pour tenter d’obtenir le plus de voix possible en faveur de l’indépendance d’un indigène en pleine croissance. . -population née.

Le premier référendum a eu lieu en 2018 et a été précédé de la visite du président français Emmanuel Macron. Il est venu pour “soutenir le processus”, dit Dayant, mais aussi pour rappeler aux électeurs néo-calédoniens l’influence de la France sur le territoire – y compris plus d’un milliard de dollars de subventions par an, sans lesquels le camp pro-français craint. s’effondrer.

Lors du référendum de 2018, 43,6% des électeurs sont favorables au départ de France. L’ethnicité a largement influencé la façon dont les gens ont voté, avec environ 91% des électeurs kanak en faveur de l’indépendance.

Des gens arrivent à un bureau de vote pour un référendum et passent des affiches politiques à Nouméa, en Nouvelle-Calédonie, en octobre.

Mathurin Derel / AP


masquer la légende

activer / désactiver la légende

Mathurin Derel / AP

Des gens arrivent à un bureau de vote pour un référendum et passent des affiches politiques à Nouméa, en Nouvelle-Calédonie, en octobre.

Mathurin Derel / AP

L’année dernière, lors d’un deuxième référendum, près de 47% des néo-calédoniens ont voté pour l’indépendance. Les résultats ont montré clairement que l’élan pro-indépendance se développait, même en dehors de la population kanak, dit Dayant.

Les yeux sur la Nouvelle-Calédonie

Les analystes affirment que tout nouveau référendum en Nouvelle-Calédonie sera étroitement surveillé par ses voisins du Pacifique, grands et petits.

La Polynésie française, un groupe de plus de 100 îles, dont Tahiti, a son propre mouvement d’autodétermination depuis des décennies. Les partisans de l’indépendance regardent la Nouvelle-Calédonie avec un intérêt particulier “car tout ce qui se passe en Nouvelle-Calédonie aura un impact sur nous aussi”, a déclaré Michel Villa, conseiller politique de Tavini Huiraatira, le principal parti indépendantiste de Polynésie française.

Il dit que son parti a poussé pour une voie vers l’indépendance similaire à celle de la Nouvelle-Calédonie. Mais la relation de la Polynésie française avec Paris est différente, marquée par des tensions sur le passé français essais nucléaires celui-la endommagé l’environnement est exposé les résidents locaux aux radiations.

Villa et d’autres partisans de l’indépendance croient en la France il a essayé de convaincre les puissances mondiales de maintenir la Polynésie française à l’écart de la liste du Comité spécial de l’ONU sur la décolonisation des territoires non autonomes, connue de manière informelle sous le nom de «Liste de décolonisation». Être sur cette liste (la Polynésie française a été réintégrée en 2013 après avoir été retirée depuis 40 ans) cela signifie que la France doit reconnaître et aider le territoire à développer un chemin vers l’autodétermination.

Anciens territoires dans la liste comprennent les nations du Tchad, de Madagascar et de Vanuatu.

Villa accuse la France de continuer à entraver La capacité de la Polynésie française à avancer dans le processus d’indépendance, mais Gebran, le porte-parole du gouvernement français, affirme qu’il n’y a pas de comparaison entre les situations en Nouvelle-Calédonie et en Polynésie française.

“Les institutions polynésiennes … ne demandent pas l’indépendance”, dit-il. “C’est une minorité de partis politiques qui réclament – contrairement au Congrès de Nouvelle-Calédonie, qui vote tous les deux ans pour un référendum sur l’indépendance”.

Le “rôle difficile” de la France

La France a «traditionnellement considéré ses territoires comme une simple partie de la France», mais ce n’est qu’au cours des 20 dernières années qu’elle l’a montré. une véritable appréciation de leur valeur stratégique, dit Denise Fisher, une ancienne diplomate australienne qui a servi à Nouméa et qui est maintenant chercheur invité au Australian National University Center for European Studies.

“La France ne serait pas la même sans la Nouvelle-Calédonie”, a déclaré Macron aux dignitaires locaux. RFI rapportée en 2018. Il a réitéré un avertissement concernant une “nouvelle hégémonie” dans la région, considérée comme une référence à ce que la Chine est devenue plus affirmée et influente dans le Pacifique.

Des bases militaires aux Antilles et dans l’océan Indien aux installations de recherche dans le Pacifique qui renforcent les capacités scientifiques et technologiques de la France, la capacité de la France à maintenir les territoires d’outre-mer sous-tend son statut de leader européen et sa position de membre permanent du Conseil de sécurité des Nations unies, déclare Pescatore. Les ressources du Pacifique lui donnent “une place à la table des relations avec la Chine”, car des questions telles que le commerce et la sécurité créent des tensions croissantes entre Pékin et Washington, dit-il.

Les relations de la France avec les États-Unis sont «toutes renforcées par la présence souveraine de la France dans le Pacifique Sud», dit Fisher. “Alors ils veulent bien se tenir.”

La France a “un rôle difficile” en ce moment, dit-il, car elle se veut impartiale dans la mise en œuvre des référendums promis en Nouvelle-Calédonie – alors même que les enjeux économiques et géopolitiques augmentent.