Les données économiques de la France sont décevantes avant une session américaine chargée

Après une session asiatique relativement chargée sur le front des données économiques, l’économie française a été au centre de l’attention au début de la session européenne.

2nd estimer les données du PIB pour 4e les données du trimestre et les dépenses de consommation de janvier étaient à l’honneur.

Les données préliminaires sur l’inflation pour février étaient également à l’ordre du jour ce matin.

Les statistiques françaises déçoivent

En janvier, les dépenses de consommation ont diminué de 4,6% sur une base mensuelle, inversant partiellement le rebond de 22,4% en décembre. Les économistes avaient prédit une baisse de 3,5%.

Deuxième Insee.fr,

  • La consommation de produits manufacturés a diminué de 12,9%.
    • Les achats de biens durables ont diminué de 9,9%, avec une baisse des dépenses en vêtements et textiles de 27,8%.
    • La baisse de 27,8% des dépenses d’habillement et de textile a laissé les dépenses en baisse de 14,4% d’une année sur l’autre.
    • Les achats d’autres produits manufacturés ont diminué de 7,7% relativement plus modestement.
  • Cependant, la consommation d’énergie a augmenté de 6,3%, tandis que la consommation alimentaire a augmenté de 1,7%. L’augmentation de la consommation d’énergie a été attribuée aux conditions météorologiques plus froides.

4e Les chiffres du PIB pour le trimestre étaient également négatifs pour l’euro. Selon 2nd estimations, l’économie s’est contractée de 1,4% d’un trimestre à l’autre, révisée à la baisse par rapport à 1st estimation 1,3%.

Deuxième Insee.fr,

  • Le revenu disponible brut des ménages a augmenté de 1,5%, malgré la contraction de l’économie française.
  • L’effet combiné de la hausse du pouvoir d’achat et de la baisse des dépenses de consommation (-5,4%) a sensiblement augmenté le taux d’épargne des ménages, qui s’établit à 22,2%.
  • Dans le 4e quatrième, un 2nd le blocus national combiné au couvre-feu a pesé sur l’économie.
  • Malgré cela, la contraction a été modérée par rapport à 2nd contraction d’un quart résultant du premier bloc.
  • Le produit brut des actifs fixes a augmenté de 1,1%, tandis que la demande intérieure totale a connu un revirement.
  • Le commerce extérieur a continué de se redresser, les exportations augmentant davantage que les importations, contribuant positivement au PIB.
READ  EXCLUSIVE BlackRock lève 673 millions de dollars pour un fonds d'infrastructure axé sur le climat

Les données préliminaires sur l’inflation n’étaient guère meilleures. En février, les prix à la consommation ont baissé de 0,1%, inversant en partie l’augmentation de 0,2% par rapport à janvier.

Deuxième Insee.fr, le taux d’inflation annuel est passé de 0,6% à 0,4% au milieu du trimestre.

Impact sur le marché

Avant les statistiques, l’euro avait atteint le plus haut du jour de 1,21830 $ avant de tomber au plus bas précédent et au plus bas du jour actuel de 1,21290 $.

Suite à la publication des données sur l’inflation, l’euro est passé de 1,21346 $ à un sommet post-statistique de 1,21594 $ avant de reculer.

Au moment de la rédaction de cet article, l’euro était en baisse de 0,12% à 1,21520 $.

Pour les majors européennes, il n’y a pas eu de soutien des statistiques d’aujourd’hui.

Au moment de la rédaction de cet article, le DAX30 et l’EuroStoxx600 étaient respectivement en baisse de 0,87% et 0,91%. Le CAC40 recule de 1,06%.

Le prochain

Une session intense aux États-Unis. Les principales statistiques américaines incluent des données sur l’inflation et les dépenses personnelles qui attireront beaucoup d’attention.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here