Nouveaux projets de recherche collaborative pour sonder les frontières de la science et de la technologie | Nouvelles impériales

L’Impériale et le CNRS français ont annoncé six nouveaux projets de doctorat conjoints passionnants alors que deux puissances scientifiques européennes se rapprochent de plus en plus.

Les sujets de recherche vont de la dynamique du mouvement des piétons et des foules humaines à la géométrie de l’espace-temps dans la théorie des cordes.

Le projet s’appuie sur et renforce la relation de collaboration continue entre l’Imperial College de Londres et le Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS). La dernière cohorte de six projets doctoraux conjoints comprend 12 doctorants (six au CNRS et six à l’Impérial) et au moins un chercheur principal (PI) de chaque établissement. Vient ensuite une première cohorte de cinq projets doctoraux conjoints Imperial-CNRS, annoncés à l’été 2020.

Des innovations au service de la société

Les collaborations internationales sont absolument vitales dans la mission de l’Impériale de faire progresser de nouvelles découvertes et innovations au profit de la société. Professeur Nick Jennings Directeur adjoint (recherche et affaires)

Un pilier central du partenariat entre les deux institutions est le CNRS-Laboratoire Impérial de Recherche « Abraham de Moivre », qui se concentre sur tous les domaines des mathématiques et leurs interactions avec la physique, l’informatique, la biologie, l’économie, les sciences sociales. L’Impériale est également à la tête du Royaume-Uni du CNRS International Research Network (IRN) in Quantum Fields and Strings. En outre, le Fonds de collaboration Imperial-CNRS a récemment octroyé un total de 32 500 £ d’investissements initiaux répartis sur six nouveaux projets.

Le professeur adjoint de l’Imperial, Nick Jennings, a déclaré: «Les partenariats internationaux sont absolument vitaux dans la mission de l’Impériale de faire progresser de nouvelles découvertes et innovations au profit de la société. Ils permettent la mise en commun des compétences de recherche, le partage des compétences et des structures et surtout l’opportunité d’apprécier différentes perspectives. Le partenariat stratégique et multiforme avec le CNRS est un exemple éclatant de cette activité et commence à avoir un impact réel et tangible, par exemple à travers une communauté grandissante de doctorants et des financements initiaux pour augmenter et accélérer les progrès scientifiques.

READ  Airbus révèle qu'un avion vendu au cours des deux dernières années émettra plus d'un milliard de tonnes de CO2 | Airbus

«Le partenariat avec le CNRS est également l’un des nombreux moyens par lesquels l’Impériale a cherché à renforcer ses liens européens alors que le Royaume-Uni recalibre ses relations avec l’Union européenne. À l’avenir, il y aura plus d’opportunités de formation doctorale collaborative avec des collègues internationaux, par exemple via Marie Sk? Odowska– Réseaux doctoraux Curie Actions dans le cadre d’Horizon Europe. « 

Le professeur Alain Schuhl, directeur de recherche CNRS (directeur général adjoint pour la science), a déclaré: «La prise de conscience internationale est l’un des piliers de la stratégie scientifique du CNRS. Le programme doctoral conjoint est un outil récent que nous avons développé pour renforcer les partenariats stratégiques avec des partenaires internationaux clés. Il permet de développer de nouvelles collaborations bilatérales basées sur des doctorants financés et sur des travaux de PI ensemble sur des projets communs et permet également l’échange de connaissances entre les équipes des institutions respectives.

« L’Impériale est notre partenaire privilégié et unique en Europe pour ce type de programme. Cela témoigne de l’importance de nos relations bilatérales, de la qualité de notre dialogue institutionnel et de notre désir mutuel d’un engagement profond et durable. Je veux également exprimer ici comment Le CNRS apprécie vivement son partenariat avec les institutions britanniques et exprime son engagement sans faille à favoriser notre coopération bilatérale ».

CNRS
Le campus du CNRS à Paris

Une approche commune de la recherche

Les six projets de recherche communs sélectionnés cette année, avec les directeurs respectifs de l’Impérial et du CNRS, sont:

Le président Gast et le professeur Alain Schuhl, directeur général de la science et de la recherche du CNRS ont officiellement lancé le programme doctoral conjoint
Le président Gast et le professeur Alain Schuhl, directeur de recherche CNRS, lancent officiellement le programme doctoral conjoint en 2019

Le Dr Dante Kalise de l’Impérial du Département de Mathématiques explique la raison d’être du projet qu’il co-supervise: «Les piétons optimisent naturellement plusieurs objectifs lorsqu’ils se déplacent, y compris atteindre une sortie en un minimum de temps, éviter les collisions et s’aligner sur le flux. foule, pour n’en nommer que quelques-uns. Notre projet vise à démêler et quantifier les règles de comportement des piétons grâce aux mathématiques de la théorie des jeux. Pour cela, nous combinerons l’utilisation de données de mouvement de foule humaine avec le traitement et « l’optimisation haute performance pour émuler avec précision le comportement de la foule. est cruciale, par exemple, dans la conception de bâtiments intelligents dont la configuration minimise la congestion ou dans l’optimisation des itinéraires d’évacuation. « 

READ  Revue de style puzzle dispersée sur Netflix

Le Dr Kolyan Ray, également du Département de mathématiques, a commenté le projet qu’il co-supervisera: «Nous étudierons les propriétés mathématiques des algorithmes bayésiens dans des modèles complexes, qui sont devenues courantes dans les applications statistiques modernes. Les méthodes bayésiennes sont une approche attrayante pour de nombreux problèmes statistiques, étant particulièrement appréciées pour l’importante tâche de quantifier l’incertitude, par exemple dans les domaines de la santé, de l’économie et de l’apprentissage automatique. Nous essayons de comprendre dans quelles situations on peut faire confiance à de telles méthodes pour fournir des inférences fiables et quand elles ne devraient pas l’être. « 

Le professeur Sandrine Heutz du Département des matériaux a déclaré: «Notre projet développera de nouvelles approches pour contrôler la façon dont les molécules peuvent agir comme interrupteurs d’allumage et champs électriques / magnétiques. Expertise complémentaire en conception de molécules et photomagnétisme à Bordeaux avec la croissance en couche mince et la nanofabrication à l’Impériale (avec des collaborateurs du London Centre for Nanotechnology) permettra des avancées à la fois fondamentales et pratiques. « 

Grimper et accélérer la progression

Outre le programme doctoral conjoint, la dernière vague du Fonds de collaboration CNRS-Impérial a octroyé un total de 32 500 £ à six projets pour augmenter et accélérer les progrès en mathématiques et en sciences des données. Les propositions sont encouragées à inclure un partenaire de l’industrie ou un engagement de l’industrie ou à impliquer des doctorants et des chercheurs en début de carrière.

Les projets sont:

  • « Imperial-TUM-CNRS Réseau d’apprentissage automatique en génomique des populations: intégrer l’IA dans l’étude de la variation du génome humain « – Dr Matteo Fumagalli (Département des sciences de la vie) et Flora Jay (CNRS)
  • « Modèles semigeostrophiques entropiques de la dynamique atmosphérique » – Professeur Colin Cotter (Département de Mathématiques) et Professeur Jean-David Benamou (CNRS)
  • « Renormalisation et rigidité des mappings de boîtes complexes » – Professeur Sebastian Van Strien (Département de Mathématiques) et Professeur Dierk Schleicher (CNRS)
  • « Application des modèles et méthodes spatiales aux découvertes archéologiques » – Dr Tim Evans et Professeur Ray Rivers (Département de physique) et Professeur Fabrice Rossi (CNRS)
  • « Analyse des équations régissant la turbulence des fluides » – Professeur John Gibbon (Département de mathématiques) et Professeur Dario Vincenzi (CNRS)
  • « Réseau international de recherche CNRS sur les champs et cordes quantiques » – Professeur Daniel Waldram (Département de physique) et Professeur Boris Pioline (CNRS)
READ  Ford dit qu'il supprimera progressivement les véhicules à essence en Europe.

Crédit image CNRS: Celette, CC BY-SA 4.0, via Wikimedia Commons

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here