AU-DELÀ DU LOCAL : Avec les coopératives de campus, les universités pourraient façonner de nouveaux modes de vie après COVID-19

Cet article, écrit par michelle pile, Université de la Colombie-Britannique, paru à l’origine sur The Conversation et a été republié ici avec autorisation :

Même avant COVID-19, les choses n’allaient pas très bien sur les campus postsecondaires à travers le Canada. Des recherches avant et pendant la pandémie ont révélé que l’insécurité alimentaire et de logement est un problème majeur pour de nombreux étudiants et membres du personnel.

Il y a eu une accélération vers des espaces commerciaux et de marque sur les campus des collèges publics, ce qui s’est fait au détriment de la population même que ces établissements sont censés servir. Que ce soit par l’organisation de bibliothèques, de logements ou de services de restauration, les bénéfices accumulés de ces grands intérêts commerciaux ont été extraits par des étudiants de plus en plus endettés et appauvris.

Alors que nous sortons de la pandémie, les établissements dotés de dotations substantielles et d’étudiants internationaux bien rémunérés pourront toujours reprendre le travail comme d’habitude. Mais s’appuyer sur les étudiants internationaux pour gagner de l’argent est une stratégie dangereuse, comme l’ont découvert de nombreuses universités australiennes. Pour de nombreux établissements et étudiants canadiens, le statu quo post-pandémique peut tout simplement ne pas être durable.

Au lieu de se précipiter dans une course mondiale compétitive pour recruter des étudiants et atteindre des classements universitaires élevés, il existe un autre moyen qui pourrait signifier une éducation plus accessible pour les étudiants et que plus d’argent reste investi dans le système éducatif : les coopératives.

Modes de vie démocratiques

READ  Le stratège dit que les investisseurs devraient considérer les perspectives de profit

Les coopératives sont des entreprises appartenant à leurs membres. Les principes des coopératives comprennent le réinvestissement des bénéfices dans la coopérative, le soutien aux autres coopératives, l’éducation et la formation des membres, l’équité et la communauté.

Les coopératives offrent un lieu pour découvrir des façons plus démocratiques et équitables de vivre, de travailler et d’apprendre ensemble, et elles offrent également des moyens de réinventer des modèles commerciaux alternatifs. J’espère que les universités offriront un soutien aux étudiants, au personnel et au corps professoral pour développer des logements coopératifs, des épiceries coopératives, des cafés et plus encore sur les campus.

En 1936, pendant la Grande Dépression, des étudiants de l’Université de Toronto créent une coopérative d’habitation qui existe encore aujourd’hui.

Des recherches approfondies indiquent que les coopératives sont mieux à même de résister aux ralentissements économiques; elles peuvent être plus efficaces et durables que d’autres formes d’organisation économique.

L’Alliance coopérative internationale (ACI) rapporte que 1,2 milliard de personnes sur la planète font partie d’une coopérative et que 10 % de la main-d’œuvre mondiale est employée par des coopératives.

Une étude commandée par les Nations Unies a conclu que « l’économie coopérative mondiale est deux fois plus grande que l’économie française et se classe juste derrière l’économie allemande en tant que cinquième unité économique s’il s’agissait d’un pays uni ». Les coopératives échouent, comme nous l’avons vu avec Mountain Equipment Coop, mais elles s’en sortent mieux sur le plan économique et en créant des conditions équitables que d’autres formes d’entreprise.

Université coopérative

L’Université Mondragon est une université coopérative en Espagne avec 4 000 étudiants. Au sein de l’université, chaque faculté « à structure coopérative légale est construite sur un projet partagé avec des principes coopératifs communs tels que … la coopération, la démocratie et la solidarité ». L’université fait partie de la Mondragon Corporation qui comprend 96 entreprises coopératives employant plus de 70 000 personnes.

READ  Acheter des obligataires africains avec l'instrument du FMI - Chef de la BAD

Alors que d’autres entreprises espagnoles ont licencié des travailleurs, les coopératives de Mondragon ont réussi à garder leurs travailleurs sur la liste de paie.

Un principe des coopératives est de soutenir d’autres coopératives : un modèle de coopération entre coopératives est appliqué afin qu’elles puissent profiter d’achats à grande échelle, par exemple, mais aussi se gouverner pour conserver leur autonomie.

Les crises suscitent un regain d’intérêt pour les coopératives. Au Royaume-Uni, les coopératives et les partenaires de l’enseignement supérieur ont progressé vers la création d’une université coopérative.

Les épiceries et les cafés coopératifs économisent de l’argent grâce aux achats en gros, ce qui permet aux étudiants de mieux s’exprimer sur la gouvernance et l’accès à des aliments de qualité.

Les librairies coopératives visent à offrir aux gens des prix raisonnables et des opportunités de faire partie de la gouvernance de la coopérative.

À Toronto, le Neill-Wycik Co-operative College a ouvert ses portes aux étudiants en 1970, trois ans après sa création en 1967. Aujourd’hui, il offre des logements abordables à 750 étudiants de niveau postsecondaire de divers établissements et est exploité comme un hôtel l’été. La coopérative offre également des opportunités éducatives pour participer à la gouvernance démocratique.

Pour les établissements postsecondaires qui sortent de l’isolement de la pandémie avec la conscience que le « business as usual » ne se produira pas, promouvoir et encourager les initiatives de coopération est un moyen de contribuer à une société plus résiliente face aux multiples crises mondiales.

Pas une utopie perdue

Mais penser en coopération nécessite de se considérer comme interdépendants, à la fois individuellement et institutionnellement.

READ  Revue « The French Dispatch » : vous vous souvenez des magazines ?

Les établissements postsecondaires ont la responsabilité d’être à l’avant-garde de l’expérimentation de nouvelles façons de vivre, de travailler et d’être ensemble qui ne privilégient pas le profit sur l’éducation, l’équité et la durabilité. Il y a un regain d’intérêt. Un groupe dont je fais partie a réuni des universitaires, des étudiants et des collaborateurs de différents secteurs pour travailler vers des campus plus équitables.

Les coopératives ne sont pas une utopie perdue, mais elles fournissent un modèle pour évoluer vers un secteur postsecondaire plus inclusif, dont la recherche montre qu’il est la clé d’un engagement éducatif, sanitaire et civique solide et de résultats en matière d’innovation.

Le défi consiste à établir un lien entre cette recherche et la manière dont les gouvernements et les dirigeants universitaires traduisent leur engagement en faveur d’un système d’éducation équitable dans la manière dont ils allouent des ressources limitées aujourd’hui et à l’avenir.

michelle pile, professeur agrégé, Département des sciences de l’éducation, Université de la Colombie-Britannique

Cet article est republié par La conversation sous licence Creative Commons. Lis le article original.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here