Critique du film No Bears : la vision urgente de Jafar Panahi des guerres culturelles iraniennes

je

Dans cette comédie dramatique d’actualité et typiquement insaisissable du scénariste et réalisateur primé Jafar Panahi, l’Iran n’est pas un pays pour les femmes. C’est aussi un endroit effrayant pour les hommes qui enfreignent les règles. Tranquillement et bizarrement, le réalisateur de 62 ans se concentre sur les guerres culturelles qui divisent la nation. Finalement, vous serez brisé.

Le vrai Panahi a de sérieux ennuis : en juillet dernier, il a été arrêté et condamné à six ans de prison, même s’il est considéré comme un ennemi de l’État depuis au moins 2010. C’est cette version de lui-même que nous voyons ici. Le réalisateur « Panahi » (T-shirts froissés et joues collantes) est retranché dans un village près de la frontière turque. On lui a interdit de faire des films, mais il a trouvé un moyen de continuer à travailler. Avec l’aide d’un procureur, Panahi réalise un film tourné en Turquie, mais centré sur l’Iran. Et il le fait via Skype.

L’intrigue du film naturaliste et semi-documentaire « Panahi’s » tourne autour de l’actrice-serveuse établie, Zara (Mina Khosravani, qui a des cloques), et de son petit ami chien, Bakhtiar (Bakhtiar Panjei). Le couple a subi des années d’abus en raison de leur activisme. Le plan est de fuir vers la France avec de faux passeports.

Pendant ce temps, dans le village, « Panahi » se retrouve assiégé par les villageois, qui semblent penser qu’il ne fait rien de bon. Ils sont également convaincus qu’elle a des preuves photographiques qu’une fille locale, Gozal (Darya Alei), a trompé Jacob (Javad Siyahi), le petit ami qui lui avait été promis à la naissance.

READ  Où a été filmé le dernier mercenaire ? Lieux de tournage de Netflix

Y a-t-il une photo incriminante ? Et qu’en est-il des ours titulaires? (On dit aux touristes que le village est entouré de bêtes mangeuses d’hommes.) Plus important encore, Bakhtiar simule-t-il son expression coupable ou cache-t-il vraiment quelque chose à Zara ? Au fur et à mesure que la tension monte, les questions s’accumulent.

Le scénario et les interprétations sont pleins d’humour. Ghanbar (Vahid Mobaseri), le propriétaire d’âge moyen obéissant de notre héros, est ravi lorsque « Panahi » lui demande de filmer une cérémonie de fiançailles traditionnelle. Ghanbar n’a jamais manipulé d’appareil photo auparavant et ses amis continuent de le saluer en disant : « Vous avez remplacé la pioche et la pelle par l’appareil photo !

Plus tard, Ghanbar s’assoit par terre pendant que les roseaux sont inspectés. Il n’arrête pas de marmonner : « J’ai tout gâché », mais il n’arrête pas de sourire. Ce pourrait être n’importe quel acolyte, désireux d’être tapoté sur la tête par un mentor. Panahi ne se moque pas de cet homme poli. Il critique un monde où les gens, avides de compliments et d’affirmations, sont si disposés à se plier à l’autorité. Le film, entre autres, n’a pas de prix, avec un palefrenier jeté sur un rocher, l’image même du désespoir.

Il est impératif qu’aucun des villageois n’ait l’air méchant. Même Jacob, le copain beau et boudeur, a un discours qui nous fait réfléchir à deux fois. C’est également significatif lorsque les anciens demandent à « Panahi » de parler en azari (leur langue). Le réalisateur répond qu’il préférerait s’en tenir au farsi ; il n’utilise Azari que lorsqu’il discute avec sa mère. Les divisions de classe et régionales abondent ; pas étonnant qu’il soit si difficile pour les différentes tribus de se comprendre.

READ  Transformation du circuit : le circuit emblématique se prépare pour le retour du FIM EWC avec 24H SPA EWC Motos - FIM EWC

Panahi a couvert des sujets similaires dans This Is Not a Film, Taxi et 3 Faces, mais No Bears a sa propre urgence. Dans une scène clé, Bakhtiar est sur le point d’obtenir un nouveau passeport d’un trafiquant d’êtres humains lorsque ce dernier demande aux caméras d’arrêter de filmer la transaction. L’homme d’affaires sans visage dit : « L’homme avec la caméra devrait s’arrêter. »

Panahi tient rarement la caméra ces jours-ci. Mais, comme ses ennemis l’ont peut-être déjà remarqué, filmer, c’est ce qu’il fait. No Bears, entre autres, est un énoncé de mission. Tant qu’il respire dans son corps, il trouvera un moyen de garder la caméra allumée.

106 minutes, certifié 12A

Au cinéma

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here