La créatrice textile franco-indienne ramène les modèles Mughal – Life & Style

AMBER, Inde : la créatrice de tissus Brigitte Singh étale avec amour un morceau de tissu en relief avec une plante de pavot rouge qui, selon elle, a probablement été conçue pour l’empereur Shah Jahan, constructeur du Taj Mahal, il y a quatre siècles.

Pour Singh – qui a quitté la France pour l’Inde il y a 42 ans et s’est mariée dans la famille d’un maharaja – cette pièce exquise reste le cœur toujours inspiré de la mission de son studio.

L’homme de 67 ans s’efforce de maintenir en vie l’art de l’impression en bloc, qui a prospéré aux XVIe et XVIIe siècles sous la dynastie moghole conquérante mais sophistiquée qui régnait alors sur l’Inde.

Photo : AFP

« J’ai été le premier à donner une renaissance à ce type de design moghol », a déclaré Singh. AFP dans son atelier d’impression traditionnel du Rajasthan.

Les lunettes en diamant et en émeraude de l’époque moghole devraient atteindre 3,5 millions de dollars aux enchères

Après des études d’arts décoratifs à Paris, Singh arrive à 25 ans en 1980 à Jaipur, dans l’ouest de l’Inde, le « dernier bastion » de la technique consistant à utiliser des blocs de bois sculptés pour imprimer des motifs sur la matière.

« Je rêvais de pratiquer (l’art miniature) à Ispahan. Mais les ayatollahs venaient d’arriver en Iran (lors de la révolution islamique de 1979). Ou à Hérat, mais les Soviétiques venaient d’arriver en Afghanistan », se souvient-il.

« Donc, par défaut, je me suis retrouvée à Jaipur », a-t-elle déclaré.

‘Potion magique’

Quelques mois après son arrivée, Singh a été présenté à un membre de la noblesse locale qui était lié au maharaja du Rajasthan. Ils se sont mariés en 1982.

READ  Les législateurs de l'UE approuvent un rapport soutenant le rapprochement avec Taïwan

Au début, Singh espérait encore s’essayer à la peinture miniature.

Mais après avoir parcouru la ville à la recherche de papier traditionnel sur lequel travailler, elle est tombée sur des ateliers qui utilisaient l’impression à la planche.

Le Dallas Museum of Art inaugure l’exposition sur l’art islamique en collaboration avec Cartier

« Je suis tombée dans la potion magique et je n’ai jamais pu revenir en arrière », a-t-elle déclaré. AFP.

Il commence par confectionner quelques foulards et, lors de son passage à Londres deux ans plus tard, il les offre à des amis connaisseurs des tissus indiens.

Émerveillés, ils l’ont convaincue de les montrer à Colefax and Fowler, l’entreprise britannique historique de décoration d’intérieur.

« La prochaine chose que j’ai su, c’est que je retournais en Inde avec une commande de tissus imprimés », a-t-il déclaré.

Photo : AFP

Depuis lors, elle n’a jamais regardé en arrière.

Confort de l’âme

Pendant les deux décennies suivantes, il a travaillé avec une « famille d’imprimeurs » de la ville avant de construire son propre studio à Amber, à deux pas du célèbre fort de Jaipur.

C’est son beau-père, grand collectionneur de miniatures du Rajasthan, qui lui a offert la toile de pavot de l’époque moghole liée à Shah Jahan.

Sa reproduction de cette estampe a été un énorme succès dans le monde entier, se révélant particulièrement populaire auprès des clients indiens, britanniques et japonais.

En 2014, il confectionne un manteau matelassé à l’imprimé coquelicot moghol, appelé Atamsukh – qui signifie « confort de l’âme » – qui sera ensuite acquis par le Victoria and Albert Museum de Londres.

READ  La Mecque du miroir pour les danseurs de K-Pop à Paris

A l’occasion du 75e anniversaire du Pakistan au V&A Museum de Londres

Une autre de ses œuvres se trouve dans la collection du Metropolitan Art Museum de New York.

« Le raffinement de la simplicité »

Singh commence son processus créatif en livrant des peintures précises à son sculpteur, Rajesh Kumar, qui cise ensuite méticuleusement les dessins sur des blocs de bois.

« Nous avons besoin d’un sculpteur extraordinaire avec un œil très sérieux », a-t-il déclaré.

« La sculpture sur bloc de bois est la clé. Cet outil a la sophistication de la simplicité. »

Kumar fabrique plusieurs blocs identiques pour chaque couleur utilisée dans chaque tissu imprimé.

« Le motif coquelicot, par exemple, a cinq couleurs. J’ai dû faire cinq blocs », a-t-il déclaré. « Ça m’a pris 20 jours. »

Dans l’atelier de Singh, six employés travaillent sur des morceaux de tissu disposés sur des tables de cinq mètres (16 pieds) de long.

Ils trempent les blocs dans la teinture, les placent soigneusement sur le tissu, poussent et tapotent.

Le travail est lent et minutieux, on ne produit plus 40 mètres de matière chaque jour.

Son atelier produit de tout, des courtepointes aux rideaux, des poupées de chiffon aux chaussures.

L ‘«héritier» démuni des empereurs de l’Inde exige la résidence royale

Singh vient de terminer un autre Atamsukh pour un prince au Koweït.

« L’important est de faire vivre le savoir-faire », a-t-il déclaré.

« Plus précieux que le produit, le véritable trésor est le savoir-faire. »

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here