La ligne limite de temps laisse le Premier ministre thaïlandais devant les appels à la démission

Publié le: Modifié:

Bangkok (AFP) – Une confrontation juridique qui pourrait renverser le Premier ministre thaïlandais Prayut Cha-O-Cha a atteint la cour constitutionnelle du pays cette semaine, menaçant de nouveaux troubles politiques pour le royaume quelques mois avant les élections nationales.

L’ancien général est resté en fonction en raison de grandes manifestations antigouvernementales en 2020, d’une pandémie majeure, d’une économie défaillante et de dizaines de quasi-accidents politiques, mais maintenant la constitution même qu’il a supervisée le projet est utilisée contre lui. .

Les opposants à l’homme de 68 ans – qui a pris le contrôle lors d’un coup d’État – se mobilisent pour sa destitution en vertu des règles limitant un Premier ministre à un maximum de huit ans au pouvoir, un seuil qui, selon les rumeurs, atteindrait mercredi.

Bien que l’issue soit incertaine, de nombreux observateurs pensent que le tribunal tranchera en faveur de Prayut.

Les opposants de Prayut disent que son mandat a commencé lorsqu’il a pris le pouvoir lors du coup d’État de mai 2014, le dernier de plus d’une douzaine de coups d’État militaires visant à renverser la politique thaïlandaise depuis la naissance de la démocratie en 1932.

Mais les partisans disent qu’il est Premier ministre depuis 2017 – lorsque la constitution militaire actuelle a été mise en œuvre – ou en 2019, lorsqu’il a remporté de manière controversée les élections nationales très retardées.

Les partis d’opposition ont demandé à la Cour constitutionnelle de statuer sur le mandat de Prayut et mercredi, les juges devraient dire s’ils examineront l’affaire.

READ  Combien vaut le nouveau concurrent Tesla Model Y?

#photo1

S’il accepte l’affaire, le tribunal pourrait suspendre Prayut de ses fonctions.

L’ancien général – qui a tenu le pouvoir avec une ténacité que peu avaient anticipée – semble imperturbable face au dernier drame.

« Laissez le tribunal décider », a-t-il dit aux opposants avant de comparaître devant le parlement, brandissant une « pierre sur » signe de la main aux journalistes confus.

Le tribunal a joué un rôle clé dans les moments importants des bouleversements qui ont secoué la politique thaïlandaise au cours des 20 dernières années, effaçant les résultats des élections générales de 2006 et 2014.

« Je ne serais pas surpris si le verdict de la Cour constitutionnelle était en faveur de Prayut », a déclaré à l’AFP l’analyste politique Napisa Waitoolkiat de l’université de Naresuan.

Une telle décision, anticipée par beaucoup, pourrait le voir rester Premier ministre jusqu’en 2025 ou 2027, si lui et son parti Palang Pracharat parviennent à être réélus.

Stagnation

Le royaume connaît l’un des taux de croissance les plus faibles de la région, la résurgence du tourisme international ne parvenant pas à sortir l’économie de la stagnation.

#photo2

« Oncle Tu », comme Prayut est connu, n’a jamais joui d’une grande popularité et les années de mauvais traitements économiques de la Thaïlande n’ont fait qu’exacerber un sentiment de stagnation publique.

Plus tôt cette année, l’élite militaro-monarchique du royaume a pris peur lorsque Chadchart Sittipunt, un ancien ministre du parti d’opposition Pheu Thai, a remporté une victoire écrasante aux élections du gouverneur de Bangkok.

Avec des élections générales prévues en mars de l’année prochaine, la faible popularité du Premier ministre – le candidat qui lui est lié n’obtenant que 8% des voix – déclenche la sonnette d’alarme pour ses propres députés.

READ  La canicule se poursuit sur la majeure partie de la France, déclenchant l'alerte sécheresse

« Si vous voyez le comportement de ces politiciens, maintenant ils ne prêtent pas attention au gouvernement. Ils sont plus préoccupés par les prochaines élections », a déclaré l’analyste politique Waitoolkiat.

# photo3

Un récent sondage de l’Institut national de l’administration du développement a révélé que les deux tiers des 1 300 personnes interrogées souhaitaient que Prayut parte immédiatement.

Les manifestants devraient descendre dans la rue mardi soir pour exiger la démission de Prayut et la police a déjà placé des conteneurs pour protéger les rues autour des bâtiments gouvernementaux.

Mais Prayut a survécu à des mois de manifestations de rue à Bangkok en 2020 et a survécu à quatre motions de censure au Parlement. Beaucoup pensent qu’il est déterminé à rester pour accueillir le sommet très médiatisé de l’APEC à Bangkok en novembre.

‘Tyran’

Lors d’une petite réunion dominicale, des étudiants et des groupes antigouvernementaux ont promis d’agir contre le « tyran » Prayut et, dans un communiqué, ont exhorté les gens à « considérer les prochaines élections comme un tournant dans notre lutte ».

« Ball », un étudiant qui n’a donné que son surnom, a déclaré qu’il pensait que Prayut resterait probablement Premier ministre, soutenu par les tribunaux – et que les Thaïlandais pourraient à nouveau descendre dans la rue.

« Au cours des huit dernières années, rien ne s’est amélioré dans ce pays et les gens sont presque au point de rupture », a-t-il déclaré.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here