Les Tunisiens votent pour le parlement entre votes économiques et démocrates

Les Tunisiens voteront samedi pour élire un nouveau parlement, dans un contexte de crise du coût de la vie et d’inquiétudes concernant le recul de la démocratie dans ce pays d’Afrique du Nord, berceau des manifestations du printemps arabe il y a dix ans.

Les partis d’opposition – y compris la coalition du Front du salut dont fait partie le parti populaire Ennahda – boycottent les élections parce qu’ils disent que le vote fait partie des efforts du président Kais Saied pour consolider le pouvoir. La décision de boycott conduira vraisemblablement la prochaine législature à se soumettre au président, que les critiques accusent de dérive autoritaire.

Les bureaux de vote ont ouvert à 8h00 (07h00 GMT) et devraient fermer à 18h00 (17h00 GMT).

Le Parlement s’est réuni pour la dernière fois en juillet 2021. Saied a ensuite gelé la législature et renversé son gouvernement après des années d’impasse politique et de stagnation économique. Il a dissous le parlement en mars. Depuis lors, Saied, qui a été élu en 2019 et bénéficie toujours du soutien de plus de la moitié de l’électorat, a également restreint l’indépendance du pouvoir judiciaire et affaibli les pouvoirs du parlement.

Lors d’un référendum en juillet, les Tunisiens ont approuvé une constitution qui donne de larges pouvoirs exécutifs au président. Saied, qui a mené le projet et rédigé lui-même le texte, a pleinement profité du mandat en septembre, modifiant la loi électorale pour minimiser le rôle des partis politiques.

READ  Les services PMI France visent à 57,4, pour maintenir l'économie à flot

La nouvelle loi réduit le nombre de membres de la chambre basse du parlement de 217 à 161, qui doivent désormais être élus directement plutôt que par le biais d’une liste de parti. Et les législateurs qui « ne remplissent pas leur rôle » peuvent être révoqués si 10% de leurs électeurs en font la demande formelle.

Les critiques disent que les réformes de la loi électorale ont particulièrement touché les femmes. Seules 127 femmes figurent parmi les 1 055 candidats en lice pour l’élection de samedi.

Les détracteurs de Saied l’accusent de mettre en danger le processus démocratique. Mais beaucoup d’autres pensent que l’élimination des listes de parti placera les individus avant les partis politiques et améliorera la responsabilité des élus. Ils sont exaspérés par les élites politiques, saluant les réformes politiques de leur président de plus en plus autocratique et voyant dans le vote d’un nouveau parlement une opportunité de résoudre leur grave crise économique.

Beaucoup pensent que la révolution démocratique de leur pays, qui a duré une décennie, a échoué, une décennie après que la Tunisie a été le seul pays à émerger des manifestations du printemps arabe avec un gouvernement démocratique.

Le vote intervient à l’occasion du 12e anniversaire de l’événement qui a déclenché le printemps arabe, lorsqu’un marchand de fruits tunisien, Mohamed Bouazizi, s’est immolé par le feu en raison de la situation économique désastreuse sous le gouvernement de longue date de Zine El Abidine Ben Ali. Il est décédé des semaines plus tard. Son acte de désespoir a déclenché des protestations qui ont conduit à l’éviction du dictateur et ont déclenché des émeutes similaires à travers le monde arabe.

READ  Les Britanniques seront facturés pour l'entrée en Espagne, en Allemagne et en France

___

Surk a contribué depuis Nice, France.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here