Modifications à la loi linguistique Le projet de loi 96 pourrait étendre le projet de loi 101 aux entreprises fédérales du Québec et modifier les exigences des cégeps

Un projet de loi provincial qui soumettrait les industries sous réglementation fédérale comme Via Rail au projet de loi 101 continue d’être adopté à l’Assemblée nationale, au grand désarroi des groupes de défense anglophones.

Les amendements au projet de loi 96 pourraient étendre la Charte de la langue française aux entreprises à charte fédérale du Québec.

« Le projet de loi sera embarrassant pour les Québécois s’il est adopté. Il contient tellement de sections exclusives et vraiment destinées à disséquer la communauté anglophone », a déclaré Andrew Cadell, vice-président du groupe de travail sur la politique linguistique.

Cadell ajoute que les banques et les compagnies aériennes tomberaient en dessous de la facture, ce qui, selon lui, causera de graves maux de tête.

« Cela limitera votre capacité à discuter avec des personnes de votre propre profession […] en anglais », a-t-il déclaré.

NOUVELLES EXIGENCES POUR LES CÉGEPS ANGLAIS

Un autre amendement récent au projet de loi 96 donne matière à réflexion aux cégeps anglophones : introduire l’obligation de suivre trois cours de base en français.

« Cette mesure est la plus marquante en raison de l’impact qu’elle aura sur la réussite », a déclaré Diane Gauvin, directrice générale du Collège Dawson.

Les responsables de Dawson estiment que plus d’un tiers des étudiants britanniques du cégep pourraient être en danger de ne pas obtenir leur diplôme si l’amendement est approuvé.

Il a été ajouté au projet de loi après avoir été lancé par l’opposition à l’Assemblée nationale.

La chef libérale du Québec, Dominique Anglade, a défendu la proposition jeudi. Anglade a déclaré qu’il estimait que le gouvernement avait discuté de la question avec les cégeps.

READ  Le géant pétrolier Saudi Aramco voit ses bénéfices chuter à 49 milliards de dollars en 2020

« Tout d’abord, lorsque nous avons suggéré cela, cela ne faisait pas partie d’un projet de loi. Et ma compréhension était qu’il y avait eu des consultations avec les cégeps et que les gens étaient au courant de cela », a-t-il dit.

Les cégeps comme Dawson disent que le projet de loi pourrait également faire des ravages sur leur personnel. Bien que de nombreux instructeurs aient une connaissance pratique du français, enseigner en français pourrait être un défi.

« Il va falloir embaucher un certain nombre d’enseignants pour enseigner en français. On verra comment ça se passe, mais l’impact sera important sur le corps professoral », a déclaré Gauvin.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here